Aller au contenu principal
Affaire "Bygmalion" : aux origines d'un scandale

Affaire "Bygmalion" : aux origines d'un scandale

L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy a été reconnu coupable de financement illégal de sa campagne de 2012 et condamné à un an de prison ferme. Une peine aménagée.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 30.09.2021
 

Dans le dossier "Bygmalion", le tribunal a rendu sa décision jeudi 30 septembre dans cette affaire de dépenses excessives de la campagne présidentielle de 2012 de Nicolas Sarkozy, presque deux fois supérieures à leur plafond légal. L'ancien chef de l'Etat a été reconnu coupable de financement illégal de sa campagne. Pour cela, il a été condamné à un an de prison ferme. Une décision dont il va faire appel.

Après cinq semaines d'audiences en mai-juin, le parquet avait requis contre Nicolas Sarkozy un an de prison, dont six mois avec sursis.

Contrairement à ses 13 coprévenus (anciens cadres de la campagne et de l'UMP - devenue LR - ainsi que de la société Bygmalion, qui a organisé les meetings) Nicolas Sarkozy n'était pas mis en cause pour le système de double facturation imaginé pour masquer l'explosion des dépenses de campagne autorisées. Il n'était jugé que pour "financement illégal de campagne". Charge dont il a donc été reconnu coupable. Il avait lui tout nié en bloc. "Une fable !", s'était-il emporté à la barre.

Ses coprévenus ont écopé de 2 à 3 ans et demi de prison.

Dans la vidéo en tête de cet article, nous revenons sur les origines de cette affaire, où l'UMP était au coeur du scandale. Tout est parti d'un article du Point.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.