Aller au contenu principal
Johnny Rasse et Jean Boucault, profession : «chanteurs d'oiseaux»

Johnny Rasse et Jean Boucault, profession : «chanteurs d'oiseaux»

Le 3e Championnat européen d'imitation du chant des oiseaux a eu lieu à Marseille. L'occasion de découvrir le portrait de deux « siffleurs d'oiseaux » originaire de la Baie de Somme. Bluffant.

Par Florence Dartois - Publié le 10.06.2022
Grand Format : les siffleurs - 2009 - 09:43 - vidéo
 

L'imitation des chants d'oiseaux est un art que beaucoup pratiquent, mais dialoguer avec les oiseaux est un don que peu possèdent. Ce don, deux hommes originaires de la Baie de Somme le maîtrisent. Depuis leur plus jeune âge, ils participent chaque année au concours d'imitation de chants d'oiseaux organisé par le Festival de l'Oiseau.  En 2009, France 3 Picardie leur consacrait un long portrait à découvrir en tête d'article.

« Des oiseaux sont en guerre, lancés dans une lutte à mort... » Il s'agit bien d’un spectacle musical. Sur scène, deux hommes se défient avec des cris d'oiseaux sur fond de musique classique. Johnny Rasse et Jean Boucault ont monté ce spectacle en piochant dans leurs souvenirs d’enfance et leurs connaissances ornithologiques. Ils savent tout des oiseaux de la Baie de Somme où ils ont grandi. Mieux, ils parlent leur langage.

Les deux hommes sont « chanteurs d’oiseaux », un métier qu’ils se sont inventés lorsqu’ils avaient 7 ans. A l’époque Jean impressionnait ses petits camarades par son talent à imiter les oiseaux. Johnny se souvient : « on l’appelait le goéland, il était magnifique. Il tendait les ailes et criait avec sa petite voix d’enfant. C’était impressionnant ». Il a rejoint son ami dans sa passion, mais lui s’est spécialisé dans « le sifflet ». Avec le temps, ils ont uni leurs talents pour former un duo inséparable.

Les deux amis plaisantent de leur différence, mais Jean possède un autre talent supplémentaire, celui de dialoguer avec les oiseaux au point de les attirer. C'est un guide très recherché dans la région.

La suite du reportage nous entraîne dans ses pas, dans la campagne picarde, avec un petit groupe de curieux venus à la rencontre des oiseaux locaux. En 1h30 le groupe découvre comment séduire une mésange charbonnière, ou les secrets des différents dialectes des pinsons picards aux pinsons du Canigou. Stupéfaits, les promeneurs se demandent comment Jean peut si bien réussir à reproduire autant de chants d’oiseaux différents avec autant de dextérité, « c’est impossible ! » s’exclame une femme admirative. Aucun volatile n’a de secret pour lui, pas même la cigogne qui ce jour-là plane majestueusement au-dessus de la petite troupe.

Mais amener des inconnus dans ses pâtures préférées est un crève-cœur pour lui. Il se fait violence même s'il sait « que ce serait encore mieux» s'il venait seul. Il aurait alors pu échanger avec la fauvette dans une relation plus intense encore, précisant avec humour : « Là, en venant avec vous, c’est comme si j’allais voir ma copine avec mon copain. Bon, il ne se passera pas grand-chose. »

Des artistes de haut vol

Jean et Johnny ont écrit Plume de feu, leur spectacle, comme un musicien l'aurait fait pour un concert. A Aix-en–Provence, nous retrouvons les deux siffleurs au théâtre du Jeu de Paume. Dans la salle pourpre encore vide, les deux acolytes partagent leurs chants d’oiseaux avec l’écho qui réplique à l’infini leurs trilles harmonieuses. Johnny s'extasie de se retrouver dans un tel « paradis pour les oiseaux ». L'endroit sublime leurs échanges, reconnaissent les deux artistes qui ont trouvé en ce lieu un écrin sonore « acoustiquement merveilleux ». Dans ce lieu, même les plus furtives vocalises résonnent parfaitement « c’est merveilleux le petit roitelet passe », plaisante même Johnny.

Ce spectacle, ils l’ont conçu avec le pianiste et compositeur Jean-François Zygel. L'artiste les a rencontrés à Compiègne, lors du festival des forêts, ils sont devenus ses instruments. Il se délecte de leurs improvisations, de leurs fugues, de leurs canons et de leur utilisation de « systèmes rythmiques symétriques », exactement comme le feraient des musiciens, précise-t-il. Sur scène, le duo ne cherche pas la perfection mais la musicalité à travers les vocalises des oiseaux.

Les deux compères sont heureux car leur talent inédit leur permet de quitter la Baie de Somme pour sillonner la France et l’Europe. A la fin de chaque concert, un chef d’orchestre choisi au hasard dans le public monte sur scène et dirige leurs chants mélodieux. Ce jour-là, c'est un enfant. Ils ont réalisé le rêve qu’ils avaient à 7 ans lorsqu'ils inventèrent leur métier de « chanteur d’oiseaux ».

Jean Lefèvre : siffleur émérite de chants d'oiseaux

On le sait peu, le comédien comique vouait une passion aux animaux. En 1978, dans l'émission « 30 millions d'amis », il faisait une démonstration assez concluante de son talent.

Jean Lefebvre imite les chants d'oiseaux
1978 - 01:21 - vidéo

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.