Aller au contenu principal
Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui à propos de leur processus créatif

Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui à propos de leur processus créatif

Le duo Jaoui-Bacri a ciselé plusieurs comédies douces-amères à succès. En 1996, ils collaboraient avec Alain Resnais sur le film, "On connaît la chanson". Ils évoquent ici leur manière de travailler ensemble.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 18.01.2021 - Mis à jour le 18.01.2021

Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui à propos de leur processus créatif

Le duo Jaoui-Bacri a ciselé plusieurs comédies douces-amères à succès. En 1996, ils collaboraient avec Alain Resnais sur le film, "On connaît la chanson". Ils évoquent ici leur manière de travailler ensemble.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 18.01.2021 - Mis à jour le 18.01.2021
 

A la scène, comme à la ville, durant plusieurs années, Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri ont illuminé le théâtre et le cinéma de leurs comédies douces-amères à succès : Cuisine et dépendances, Un air de famille ou Le Goût des autres (le premier long métrage d'Agnès Jaoui). Le tandem roulait toujours vers la réussite. Mais quelle était donc la recette de leur succès ?

En 1996, ils collaborent avec Alain Resnais sur le film, On connaît la chanson, comme scénaristes et interprètes. Le 6 novembre 1997, sur le plateau du Cercle du cinéma, ils évoquent cette collaboration fructueuse au micro de Bernard Rapp et lui dévoilent quelques secrets...

"Ce n'est que discussions et palabres pendant des heures"

Jean-Pierre Bacri déclare, "on finit toujours par être d'accord. On a une façon de travailler qui fait que tant que les deux ne sont pas satisfaits, on ne passe pas à autre chose". Agnès Jaoui précise avec ironie : "c'est très banal et très décevant, on a un stylo et un cahier chacun..." et lui poursuit par cette blague, "on est sur un siège aussi hein ? Plus sérieusement, il revient sur leur mode créatif : "On travaille en même temps. On est en face de l'autre et on discute, on discute, on discute. On met longtemps à construire parce qu'on est très laborieux… Et tout ça, ce n'est que discussions et palabres pendant des heures et on note chacun dans nos cahiers, et on construit". Il conclut : "il faut bien qu'on soit d'accord de toute façon"!

Grâce au film, ils obtiennent leur troisième César pour le meilleur scénario en 1998 ainsi que leur première statuette en tant que meilleurs seconds rôles.

Pour aller plus loin

Regardez toute l'interview


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.