Aller au contenu principal
«James Joyce était quelqu'un de très simple» : les savoureux souvenirs de son éditrice

«James Joyce était quelqu'un de très simple» : les savoureux souvenirs de son éditrice

Dublin et toute l'Irlande célèbrent ce jeudi 16 juin les cent ans de la publication d'«Ulysse» de l'écrivain irlandais James Joyce. C'est en février 1922 que l'éditrice américaine Sylvia Beach, propriétaire de la librairie parisienne Shakespeare and Co, publiait pour la première fois, en anglais, ce roman, alors rejeté dans les îles britanniques comme en Amérique. En 1963, elle se rappelait pour la caméra de «L'Art et les hommes» de sa première rencontre avec Joyce.

Par Cyrille Beyer - Publié le 16.06.2022
 

L'Irlande fête en ce jeudi 16 juin la mémoire son plus grand romancier, James Joyce, auteur du désormais classique Ulysse, publié il y a cent ans, à Paris. S'il fut publié pour la première fois (en anglais) dans la capitale française, alors qu'il avait été édité d'abord sous forme de feuilleton entre 1918 et 1920 dans la revue américaine «The Little Review », c'est que sa publication en librairie était impossible, aussi bien en Amérique qu'au Royaume-Uni. Le roman, d'une grande modernité, choquait les moeurs de l'époque. 

C'est donc une Américaine établie à Paris, Sylvia Beach, la fondatrice de la librairie Shakespeare and Co, à l'époque établie rue Dupuytren (entre 1919 et 1921) puis entre 1921 et 1941 rue de l'Odéon, adresses situées en plein coeur du quartier latin, qui prit en charge la publication de ce sommet de la littérature mondiale. Shakespeare and Co, librairie bien connue des amoureux de la littérature anglo-saxonne, aujourd'hui située rue de la Bûcherie, face à Notre-Dame, était pendant l'Entre-deux-Guerre le repère de grands romanciers anglo-saxons amoureux de Paris. Ernest Hemingway, Ezra Pound, F. Scott Fitzgerald, Gertrude Stein et donc James Joyce l'ont fréquentée, et ont entretenu des liens d'amitié avec sa propriétaire.

En 1963, la libraire américaine évoquait justement ses souvenirs à la caméra de Jean-Marie Drot, pour l'émission «L'art et les hommes». Dans cet extrait publié en tête d'article, Sylvia Beach racontait avec enthousiasme sa première rencontre avec James Joyce : « J'avais peur de voir ce si grand homme [...] j'ai eu le courage de m'approcher de lui et je lui ai demandé s'il était le grand James Joyce. Il m'a dit, "James Joyce". Nous nous sommes serré la main, et il m'a parlé d'une façon très courtoise, très gentille, très sensible, et pas du tout fière. Il n'était pas difficile du tout à approcher. Je me suis rendue compte, après l'avoir très bien connu,  qu'il était l'écrivain le plus facile, excepté peut-être Paul Valéry, que je n'aie jamais connu. [Joyce] était très simple. Et avec tout le monde ».

Ulysse de James Joyce, après avoir été boudé par l'Irlande et rejeté par une partie de l'intelligentsia de son époque, est aujourd'hui considéré comme l'un des romans les plus importants de la littérature mondiale du XXe siècle.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.