Aller au contenu principal
Une Iranienne décrit la situation des femmes sous Khomeiny en 1979

Une Iranienne décrit la situation des femmes sous Khomeiny en 1979

Pour protester contre le régime auquel elles sont soumises, de plus en plus d'Iraniennes s'affichent tête nue, se coupent les cheveux ou brûlent leurs voiles. Elles dénoncent un carcan imposé depuis 1979 et la Révolution islamique. A l'époque déjà, certaines Iraniennes s'élevaient contre leurs conditions de vie et la menace qui pesait sur celles qui osaient s'exprimer.

Par Florence Dartois - Publié le 20.09.2022
Témoignage d'une femme iranienne - 1979 - 03:59 - vidéo
 

Des manifestations sont organisées en Iran depuis la mort le 16 septembre d’une jeune fille de 22 ans détenue par la police des mœurs, cette unité chargée de faire respecter le code vestimentaire en vigueur dans la République islamique d'Iran pour les femmes, notamment le port obligatoire du foulard en public. Une loi qui est en vigueur depuis l'instauration de la constitution islamiste en décembre 1979. En pleine révolution, il ne faisait pas bon être une femme libre. Certaines osaient pourtant manifester contre le régime imposé par l'Ayatollah Khomeiny. D'autres acceptaient de témoigner de leur nouvelle vie dans une une société cadenassée et contrôlée par les hommes. C'est l'un de ces témoignages que nous vous proposons de découvrir.

En mai 1979, le magazine « Aujourd’hui Madame » consacrait son programme à la situation des Iraniennes et à la révolte de certaines d'entre elles. Parmi les interviews diffusées, il y avait celle d'une femme présentée comme un « aristocrate iranienne anonyme ». Depuis Téhéran, elle témoignait le visage caché. Elle avait participé aux manifestations féministes et expliquait pourquoi. Elle racontait qu'elle avait notamment été motivée par le changement de discours du guide islamique, qui dans un premier temps avait promis l’égalité aux femmes, pour les enfermer peu à peu dans une société digne du « Moyen-Age ».

Avec émotion, elle décrivait son sentiment d'étouffement et ajoutait qu'il était « difficile de respirer librement ». En tant que femme, elle affirmait se sentir persécutée : « Nous sommes au bord de perdre tout ce qu’on a eu ».  De fait, le nouveau régime les privait notamment de la possibilité d’étudier, de travailler comme c’était encore possible sous le régime du Shah. La témoin anonyme décrivait la pression qui les empêchait, elle et celles qui pensaient comme elle, de s’exprimer librement sans la menace d’être « tuées, emprisonnées et maltraitées ».

Des femmes muselées

Cette femme évoquait aussi celles qui avaient soutenu Khomeiny, et qui souhaitaient l'instauration d'un régime islamique protecteur. Selon elle, certaines de ces Iraniennes commençaient toutefois à regretter l’époque impériale du Shah, plus libérale pour la gente féminine. 

A la fin de son intervention, à découvrir ci-dessous, des images montraient les rues de Téhéran où circulaient encore librement au milieu des hommes une multitude de femmes, certaines voilées et d'autres habillées de manières plus occidentales. Cette liberté vestimentaire allait disparaître avec l’obligation de porter le voile instaurée le 24 octobre 1979, date de l’adoption de la nouvelle constitution islamique.

Témoignage d'une femme iranienne
1979 - 03:59 - vidéo

La séquence dans son intégralité

Rencontre avec des femmes de différents milieux qui évoquent leurs actions pendant la révolution, leur attentes vis-à-vis du nouveau gouvernement et la place des femmes dans l'Islam. Une séquence tirée de l'émission «Aujourd'hui Madame» du 17 mai 1979.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.