Aller au contenu principal
1973 : l'opération «Gazelle», la contre-offensive victorieuse d'Israël dans la guerre du Kippour

1973 : l'opération «Gazelle», la contre-offensive victorieuse d'Israël dans la guerre du Kippour

En 6 jours, l'armée ukrainienne est parvenue au terme d'une vaste contre-offensive à reprendre aux Russes plus de 3000 km2 de son territoire. La rapidité avec laquelle les soldats ukrainiens ont manoeuvré et débordé les Russes a surpris les analystes. L'un d'eux a comparé l'envergure de cette contre-offensive à l'opération « Gazelle », qui avait vu les troupes israéliennes bousculer la puissante armée égyptienne.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 12.09.2022
Proche Orient : Sinai - 1973 - 14:13 - vidéo
 

Dimanche 11 septembre au soir, après six jours d’une contre-offensive appuyée, l’armée ukrainienne a réussi à libérer plus de 3000 km2 de son territoire, dégageant le nord et l’est de la ville de Kharkiv. Depuis son échec devant Kiev en mars, l’armée russe n’avait pas connu plus grande déconvenue dans cette guerre, si bien que de nombreux spécialistes évoquent un tournant, les forces de Kiev prenant pour la première fois l’initiative d’une contre-offensive, et démontrant toute l’étendue de leur savoir-faire et de leur motivation. Le Monde rapporte les propos sur Twitter de Jomini of the West, le pseudonyme d’un expert militaire particulièrement bien informé sur ce conflit, jugeant cette contre-offensive « sans doute la plus étonnamment réussie depuis l’opération “Gazelle” de l’armée israélienne en 1973, durant la guerre du Kippour ».

Dans les archives de l’INA, nous avons retrouvé le reportage de la journaliste Geneviève Chauvel, pour l’émission « Magazine 52 ». Ses images, au plus près de l’événement, donnent à voir à partir du dimanche 21 octobre 1973 la réussite de cette fameuse opération « Gazelle », menée par la 143e division blindée d’Ariel Sharon, qui permet à Tsahal de constituer une tête de pont en territoire égyptien, sur le rive africaine du canal de Suez, près de la ville d’Ismaïlia. Pour comprendre en quoi cette percée israélienne a été importante, il faut revenir aux débuts du conflit.

Reprise en mains

Le 6 octobre 1973, jour du Yom Kippour, la fête juive du Grand pardon, les armées égyptiennes et syriennes frappent Israël sur deux fronts. La Syrie dans le Golan, Egypte dans le Sinaï. Ces deux territoires ont été annexés par l’état hébreu suite à la guerre des 6 jours de 1967, et sert de glacis défensif à Israël contre les deux pays arabes qui veulent leur revanche.

Et au début de la guerre du Kippour, cette double offensive syriano-égyptienne réussit, l’armée israélienne est bousculée et perd pied dans le Sinaï où les centaines de chars égyptiens réussissent à pénétrer à l’intérieur de la péninsule du Sinaï. Sonné par cette offensive égyptienne, l'armée se reprend néanmoins et réussit à stopper l’énorme masse de chars égyptiens. C’est à partir du 15 octobre que le major général Ariel Sharon attaque les forces égyptiennes sur leur point le plus faible et réussit à traverser le canal de Suez et à établir une tête de pont sur la rive africaine, depuis laquelle il accroche les forces égyptiennes.

Le succès de ce front Sud s’ajoute à la reprise en mains par Israël du front Nord, où les Syriens sont repoussés du Golan. Le cessez-le-feu imposé par l’ONU ne sera effectif définitivement que le 28 octobre. Mais pour Israël, ce qu'une demi-victoire, tellement les premiers jours ont représenté pour l'état hébreu une menace existentielle. Finalement, l'Egypte de Sadate choisira la voie du rapprochement avec Israël et les Etats-Unis, signant en 1978 les accords de paix de Camp David.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.