Aller au contenu principal
En 1986, l'entreprise Go Sport était en pleine ascension

En 1986, l'entreprise Go Sport était en pleine ascension

La maison mère du distributeur d'articles de sport Go Sport a été déclarée le 19 janvier en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Grenoble. Retour dans les années 1980 quand l'entreprise était florissante.

Par Romane Sauvage - Publié le 20.12.2022 - Mis à jour le 19.01.2023
 

L'ACTU.

Après Camaïeu, c'est au tour de Go Sport d'être victime de problèmes financiers majeurs. La justice a placé la maison mère de l'enseigne en redressement judiciaire. Go Sport, fondé en 1978 et basé à Sassenage en banlieue de Grenoble, avait été repris par HPB de Michel Ohayon fin 2021 pour un euro symbolique auprès de la maison-mère du groupe de distribution alimentaire Casino, la société Rallye, elle-même lourdement endettée. La chaîne de magasins de sport a bénéficié de deux prêts garantis par l’État, d'un montant de 55 millions d'euros, pour l'aider à surmonter ses difficultés au moment de la crise sanitaire. Après les plus de 2500 employés de Camaïeu laissés sur le carreau, c'est donc au tour des 2100 personnes travaillant pour Go Sport de se retrouver dans l'incertitude.

LES ARCHIVES.

Les magasins Go Sport furent fondés par les frères Léon et Lucien Odier. La marque alpine avait un objectif : concurrencer de grandes marques comme Décathlon ou Intersport en créant ses propres produits. En 1983, elle était reprise par le groupe Genty-Cathiard. Et en 1986, en moins de 10 ans de vie, l'entreprise florissante entrait en bourse. À cette occasion, le reportage en tête d'article, diffusé sur France 3 Alpes, s'intéressait à l'enseigne d'équipement sportif. À Grenoble, des murs d'escalade avaient été construits dans un des magasins de l'enseigne, « reflet d'une société en pleine ascension dans un secteur sport loisirs très porteurs. »

Le commentaire poursuivait : « Cette société membre de la holding Genty-Cathiard (...) possède 36 magasins, dont 7 situés à l'étranger. Son chiffre d'affaires, pour le dernier exercice, s'est élevé à 7,5 milliards de francs, soit une progression d'environ 10 % par rapport à l'année précédente. Une société donc en très bonne santé et qui espère franchir un nouveau pallier en étant cotée à la bourse de Paris. » Les ambitions de la marque étaient internationales et Go Sport allait atteindre les 500 employés.

Miser sur ses propres marques

Son PDG, Daniel Cathiard, voyait un futur radieux pour l'entreprise : « C'est un grand jour, Go Sport doit devenir une grande entreprise, Go Sport a beaucoup investi, a fait beaucoup d'efforts. Et aujourd'hui effectivement nous voulons récolter le succès. » Avec un levier : ses produits maison. « Nous avons 15% de nos ventes qui sont faites avec notre nom, la marque Go, parce que nous voulons un bon rapport qualité-prix que nous avons été obligés de le créer, ne le trouvant pas sur le marché. (...) ça va avoir tendance à s'accélérer même je pense. »

En conséquence, l'entreprise devait grossir et prévoyait l'« ouverture de nouvelles boutiques », avec un rythme soutenu. « Nous prévoyons entre 3 et 5 magasins à créer chaque année dans les centres commerciaux et partout dans l'hexagone. » 5 ans plus tard, l'objectif avait été tenu et l'ambition de la marque semblait se maintenir. L'archive ci-dessous rapportait de nouveaux investissements : « 1,7 million de titres sont lancés sur le marché à 150 francs l'action. Go Sport regonfle le capital du groupe. Objectif : financer l'ouverture de nouveaux magasins. Au rythme de quatre à cinq par ans, de 60 aujourd'hui on devrait passer très vite à une centaine. »

L'augmentation du capital de Go Sport
1991 - 00:49 - vidéo

Genthy-Cathiard fut racheté en 1990 par le groupe Rallye, qui contrôle le groupe Casino. Malgré des rapprochements avec d'autres enseignes de produits sportifs, Go Sport peina à développer ses marques et effectua une sortie de la bourse de Paris en 2014. Le groupe Rallye, en difficultés financières, dut céder Go Sport qui finit par être racheté pour un euro symbolique en février 2021 par son actuel propriétaire, Hermione People & Brands, également détenteur de Camaïeu.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.