Aller au contenu principal
Gina Lollobrigida, la star à l'italienne

Gina Lollobrigida, la star à l'italienne

Arte diffuse ce soir "Notre-Dame de Paris", chef-d'oeuvre de Jean Delannoy, avec Gina Lollobrigida dans le rôle de la belle Esmeralda. Dans les années 1950 et 1960, l'actrice italienne originaire de Rome fut l’une des plus grandes stars de sa génération, un véritable phénomène cinématographique qui marqua son époque. Portrait d’une femme libre et d’une artiste aux multiples talents...


Par la rédaction de l'INA - Publié le 04.07.2017 - Mis à jour le 18.05.2018

Gina Lollobrigida, la star à l'italienne

Arte diffuse ce soir "Notre-Dame de Paris", chef-d'oeuvre de Jean Delannoy, avec Gina Lollobrigida dans le rôle de la belle Esmeralda. Dans les années 1950 et 1960, l'actrice italienne originaire de Rome fut l’une des plus grandes stars de sa génération, un véritable phénomène cinématographique qui marqua son époque. Portrait d’une femme libre et d’une artiste aux multiples talents...


Par la rédaction de l'INA - Publié le 04.07.2017 - Mis à jour le 18.05.2018
Tournage du film "Notre Dame de Paris" - 1956 - 11:12 - vidéo
 
Tournage du film "Notre Dame de Paris" - 1956 - 11:12 - vidéo
Une vocation artistique...

Jeune, Gina Lollobrigida quitte la ville de Subiaco, dans le Latium, pour emménager à Rome, en 1944. Attirée par la carrière artistique, elle suit les cours des beaux-arts. Le cinéma la fait rêver très jeune. Elle raconte dans cette interview de 1956 une anecdote dans laquelle transparaît sa passion du 7e art et un certain romantisme qui n’est pas sans rappeler une scène du film « Cinema Paradiso ».

Gina Lollobrigida raconte son enfance et une anecdote sur ses premiers souvenirs de cinéma.

 

Dès la Libération, elle est remarquée et participe à différents concours de beauté, ce qui retient l’attention des réalisateurs qui commencent à la faire jouer au début des années 1950. C’est avec le film « Fanfan la Tulipe », avec Gérard Philippe, qu’elle devient subitement une immense star en France. L’année suivante, elle triomphe en Italie avec la comédie sociale « Pain, amour et fantaisie » de Luigi Comencini, où elle donne la réplique à un Vittorio de Sica sous le charme.

Elle acquiert dès ce moment un rôle de star, d’icône du cinéma italien, qu’elle partage avec d’autres actrices brillantes du moment, comme Sofia Loren, présentée comme sa « rivale », comme dans ce reportage au Festival de Cannes en 1955.

Au festival de Cannes en 1955, avec sa « rivale »  Sofia Loren.

Gina Lollobrigida mène alors une triple carrière, en Italie, en France et aux Etats-Unis. Symbole de son travail en Amérique, le film « Salomon et la reine de Saba » de King Vidor, tourné en 1959 avec Yul Brynner, reste l’un des films les plus mémorables. Interviewée en 1959, elle évoque la mort accidentelle de Tyrone Power survenue pendant le tournage.

Gina Lollobrigida et le tournage de « Salomon et la reine de Saba ».

Glamour et carrière internationale : interview à Cannes en 1961.

 

Un sex-symbole à l'italienne

 

C’est avec Fanfan la Tulipe que le public français découvre cette jeune actrice italienne. Un merveilleux souvenir pour Gina Lollobrigida.

Sur le plateau des Mots de Minuit, à propos de "Fanfan la Tulipe" et de son charme à l’écran.

Gina Lollobrigida joue souvent des rôles qui mettent en valeur son physique. Elle devient ainsi, sans le vouloir, une icône de l’Italie des années 1950 et 1960. A tel point qu’elle s’amuse d’une censure qui serait encore plus sévère avec elle qu’avec les autres actrices. En 1965, le film "Le Bambole" (Les poupées) dans lequel elle joue un rôle légèrement dénudé, sera en effet attaqué par la censure. Le verdict, une forte amende et deux mois de prison avec sursis pour l’actrice, le réalisateur Mauro Bolognini et le producteur Gianni Hecht Lucari.

En 1965, Gina Lollobrigida s’amusait du risque de censure sur le film « Les poupées ».

En 1992, elle revenait avec humour dans le Cercle de Minuit sur cette condamnation.

Une femme libre et secrète

Si Gina Lollobrigida fascine les foules par sa beauté et son charme, cette dernière souhaite toujours garder sa vie privée loin de la presse à scandale. Par rapport à la position de la femme dans la société de l'époque, elle confiait au micro de Jacques Chancel en 1972 souhaiter plus de liberté.

Gina Lollobrigida au micro de Jacques Chancel, sur sa vision de la femme.

 Au cours de la même émission, elle revenait sur son accident de voiture, près de Florence, qui lui fait prendre encore plus conscience de la valeur de la vie.

Gina Lollobrigida au micro de Jacques Chancel, sur son accident.

La photographie, son autre passion

Au début des années 1970, l'actrice se met en retrait progressivement de sa carrière cinématographique pour se concentrer sur sa passion de la photographie, qu'elle pratique avec la peinture et la sculpture.

En 1972, à Cannes, elle annonce se consacrer de plus en plus à la photographie.

En 1978, elle constate son retrait du cinéma par une absence de motivation pour les films tournés à l'époque, trop dirigés vers les goûts et le style du réalisateur, et pas assez selon elle vers le public et les acteurs. Raison de plus de se consacrer à la photographie, qui lui permet d'être à son tour une réalisatrice et garder le contrôle sur son oeuvre.

Etre photographe, "c'est être réalisatrice à part entière".


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.