Aller au contenu principal
Ghani Alani, le maître de la calligraphie contemporaine arabe

Ghani Alani, le maître de la calligraphie contemporaine arabe

L'Unesco a intégré la calligraphie arabe  à son patrimoine immatériel. Un statut permettant de préserver cette très ancienne pratique artistique largement répandue dans le monde arabo-musulman. En 1980, Ghani Alani, l'un des maîtres de la calligraphie contemporaine arabe, était exposé en France.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 14.12.2021
Exposition de calligraphie arabe à Besançon - 1980 - 02:45 - vidéo
 

L'Unesco a intégré la calligraphie arabe  à son patrimoine immatériel. Un statut permettant de préserver cette très ancienne pratique artistique largement répandue dans le monde arabo-musulman.

Selon l'AFP, « le projet présenté à l'Organisation de l'ONU pour l'éducation, la science et la culture (Unesco), a été défendu par seize pays, en tête desquels l'Arabie saoudite, pour lesquels l'islam est la religion dominante ou majoritaire (...) La calligraphie arabe est la pratique artistique qui consiste à écrire à la main l'écriture arabe de manière fluide afin d'exprimer l'harmonie, la grâce et la beauté ».

La calligraphie se subdivise en deux groupes distincts : coufiques et cursifs. L'écriture la plus ancienne et la plus simple est le hijazi. Il s'agit d'une calligraphie simple, cursive, où les notations des voyelles courtes sont rarement indiquées, et prennent alors la forme de petits traits. Elle a cours à la fin du 7e et au 8e siècle.  L'écriture, coufique, se développe au 9e siècle. Plus évoluée, plus soignée et plus calibrée, elle se distingue par une ligne horizontale très marquée, et rythmée. Les voyelles sont parfois notées, sous forme de points rouges, et les consonnes sont parfois agrémentées de tirets pour rendre les textes plus lisibles. Plus déliée, plus souple, la calligraphie cursive se développe au 10e siècle. Les écritures cursives convenaient aux besoins administratifs et permettaient une reproduction rapide de corans. Au fil des siècles chaque pays a développé ses propres styles.

L'archive en tête de cet article est un reportage sur l'exposition de calligraphie organisée par le département Imprimerie du musée d'histoire de Besançon en  mars 1980. Elle était consacrée à Ghani Alani (né en 1937), poète et calligraphe irakien, héritier de l’école de calligraphie de Bagdad, et l’un des grands maîtres de la calligraphie contemporaine.

Une écriture et un art

Tous en dévoilant quelques-unes de ses oeuvres délicates, l'artiste revenait sur l'origine de cet art ancestral créé selon lui la « 4e année de l'Hégire, soit le 10e siècle de l'ère chrétienne. » Il expliquait que ces" tracés et traces naturelles ou artificielles » désignaient à la fois un mode d'écriture et de transmission des pensées, des idées et un art. A l'origine, le but du calligraphe était : « de dessiner une forme, au moment où il était interdit de pratiquer le dessin figuratif. »

Selon les propos d'Abdelmajid Mahboub , un cadre de la Société de préservation de l'histoire saoudienne, une ONG investie dans le projet, elle « a toujours servi de symbole du monde arabo-musulman (...) mais beaucoup de gens n'écrivent plus à la main du fait de l'évolution des technologies », et le nombre d'artistes spécialistes de la calligraphie arabe se réduit fortement. Selon lui, l'inscription au patrimoine immatériel de l'Unesco, en ce sens, « aura certainement un impact positif » sur sa préservation.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.