Aller au contenu principal
Georges Perec raconte les secrets de son livre inachevé «Lieux»

Georges Perec raconte les secrets de son livre inachevé «Lieux»

Un livre inédit paraît au Seuil, 40 ans après la mort du romancier à l'imagination infinie. En 1976,  il en racontait la genèse.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 29.04.2022
 

La maison d'édition du Seuil a publié un inédit de Georges Perec, «Lieux». Le projet, ambitieux et entamé en 1969, consistait à décrire 24 endroits de Paris, deux par mois, pendant 12 ans. Soit 288 textes à la fin. L'écrivain comptait avoir terminé en 1980. Il s'y tiendra jusqu'en septembre 1975, ce qui donne, in fine aujourd'hui, 133 textes. Plusieurs années ont été nécessaires pour rassembler ces textes qui n'avaient encore jamais été publiés.

Dans l'archive en tête de cet article, l'auteur de La vie mode d'emploi raconte à Viviane Forrester ce projet. Nous sommes en 1976, et nous ne le savons pas encore, mais le projet n'aboutira pas et il avait pour nom de travail «Les lieux». «C'est un travail dans le temps (...) , J'ai choisi des lieux à Paris, j'ai choisi 12 lieux, et chaque mois je les décris», explique l'auteur, avant de poursuivre : «Une fois que j'ai fait la description, je la mets dans une enveloppe, et je scelle l'enveloppe».

L'écrivain attendait trois choses de cette expérience : «Les lieux vont changer, moi je vais changer et mon écriture va changer, donc il y aura trois vieillissements, trois transformations ou trois usures, trois modifications, et quand j'ouvrirai les enveloppes à la fin, j'aurais enfermé des bribes, un peu comme une bombe du temps, (...) des sortes d'archives hétéroclites et quotidiennes

Georges Perec est mort à 45 ans en mars 1982, d'un cancer du poumon. Sans avoir ouvert les enveloppes.

Dans le texte 15, en août 1969, on découvre aujourd'hui qu'il avouait ignorer dans quel arrondissement se trouvait la rue de son enfance, à Belleville : «Je ne sais même pas si la rue Vilin est dans le 19e ou dans le 20e». Mais il ne cessait d'y revenir. On le voit dans l'archive ci-(dessous raconter cette rue. Devant la boutique de sa mère, il parle de l'importance d'avoir retrouvé les lieux de son enfance, un espace «maintenant habité dans son souvenir». La photo de ce petit magasin de coiffure est sur la couverture du livre sur son enfance W ou le souvenir d'enfance.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.