Aller au contenu principal
Dans l'atelier de Francisque Poulbot avec des gamins de Montmartre en 1943

Dans l'atelier de Francisque Poulbot avec des gamins de Montmartre en 1943

Regard mutin, casquette sur la tête et guenilles rapiécées, les Poulbots, ces illustrations naïves et stylisées que l'on achète sur la place du Tertre à Montmartre, ont bien existé. Ces gamins déshérités de «la Butte» doivent leur notoriété mondiale à un affichiste qui vivait parmi eux et qui dédia sa vie à les aider.

Par Florence Dartois - Publié le 16.09.2022
 

Le 16 septembre 1946, le quartier parisien de Montmartre perdait l'un de ses plus célèbres artistes, Francisque Poulbot. Très impliqué dans la vie de son quartier, il avait fondé en 1921 « Les P’tits Poulbots » un dispensaire destiné aux enfants nécessiteux de la Butte, situé rue Lepic, dans le XVIIIe arrondissement. L'artiste aimait aussi dessiner ses petits protégés. Le dessinateur a sorti ces petits gosses pauvres de Paris, très nombreux au début du XXe siècle, de l'anonymat. Avec ses pinceaux et ses stylos, il leur a donné un visage, un nom et une renommée internationale, notamment avec son fameux Gavroche, le célèbre personnage du roman Les Misérables de Victor Hugo.

L’archive en tête d’article est poignante et exceptionnelle car elle entraîne en 1943, trois ans avant la mort du dessinateur, dans son atelier de Montmartre. Sa maison, située au 13 avenue Junot, était bien connue de ses jeunes modèles espiègles. Ce reportage diffusé dans le journal national du 6 juin 1943 dévoilait les conversations naïves et amusantes échangées avec ses petits invités qui trouvaient sans doute chez lui chaleur et attention. Les images montraient en particulier l’intimité de l’affichiste, son atelier dont les murs étaient recouverts de ses célèbres œuvres, son bureau où il dessinait, ses objets, sa pipe. A la fin de la rencontre, les « Poulbots » retournaient à l’assaut des pavés de Montmartre, glissant joyeusement sur les rambardes en contre-bas de la Basilique du Sacré-Cœur.

Quant à Francisque Poulbot, il était temps pour lui de fixer les visages des marmots sur de grandes feuilles de papier à l’aide de gestes précis que la caméra filmait en gros plan. « Créée par un vrai talent, l’œuvre reste éternellement jeune », concluait avec justesse le journaliste.

80 ans après ce reportage, les traits des gamins de Paris sont passés à la postérité. Le dessinateur s’est éteint dans sa maison le 16 septembre 1946. Il a été inhumé non loin, au cimetière de Montmartre. « Les P’tits Poulbots », son dispensaire transformé en association loi de 1901 en 1939, existe toujours.

Montmartre solidaire de ses Poulbots

Nous vous proposons ci-dessous, un court reportage diffusé le 18 juin 1943 dans les « Actualités de Paris ». Il était consacré aux enfants pauvres de Montmartre, déjà surnommés les Poulbots dans le commentaire, à qui les restaurateurs de la commune libre du vieux Montmartre offraient un repas chaque jeudi, le jour sans école à l’époque. En pleine guerre ce geste était très apprécié. Pour remercier ces bonnes âmes, l’affichiste leur remettait en personne des diplômes. En compagnie des enfants, évidemment. Des images à découvrir ci-dessous.

Les Poulbots et leur auteur
1943 - 00:54 - vidéo

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.