Aller au contenu principal
Les Français étaient nuls en franglais en 1984

Les Français étaient nuls en franglais en 1984

L’Académie française rend public mardi 15 février un rapport sur les risques de l'essor de l'usage du franglais dans la communication institutionnelle. Ces mots anglais ont également envahi les conversations quotidiennes, pourtant, ils ne sont pas toujours bien compris. La preuve dans ce micro-trottoir réalisé par le trubion cathodique Gérard Pabiot.

 

Par la rédaction de l'INA - Publié le 11.05.2021 - Mis à jour le 15.02.2022
Opinion sur rue : le franglais - 1984 - 04:34 - vidéo
 

Dans un rapport rendu public mardi 15 février, l'Académie française déplore l’essor du franglais dans la communication institutionnelle. Une profusion qui pourrait à terme représenter un risque de fracture sociale et générationnelle. L'objectif de la Commission lancée en janvier 2020 par l'Académie était d'étudier la communication institutionnelle en cours depuis quinze ans. Dans leur rapport d’une trentaine de pages, ces membres - pour la plupart écrivains - relèvent notamment une «envahissante anglicisation» du français et interrogent sur ses conséquences. 

De nombreux anglicismes sont en effet très utilisés. 170 nouveaux termes ou sens sont par exemple entrés dans l’édition 2022 du Petit Larousse. Parmi eux : batch cooking, click and collect ou cluster.

Ces anglicismes ne sont pas nouveaux comme le montre avec humour l'archive en tête d'article. Comme souvent, « Opinion sur rue », la chronique humoristique de Gérard Pabiot, pointait la méconnaissance des Français en matière de vocabulaire. Cette enquête-ci, menée dans la rue, s'avère particulièrement réjouissante. La question était de savoir si les Français comprenaient les anglicismes utilisés quotidiennement à la télévision.

Nous sommes le 28 avril 1984 et le trubion cathodique demande aux passants de lui donner la définition d'anglicismes courants : un « show », le « press-book », « self-control », « bookmaker », « marketing », « sponsorisé », « out », « made in France », « rumsteak », ou encore « at home ». Les passants sélectionnés par Gérard Pabiot donneront-ils la bonne définition ? Réponse en images.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.