Aller au contenu principal
En 1983, la restauration d'entreprise est une fête !

En 1983, la restauration d'entreprise est une fête !

Ce mercredi 9 juin, les règles concernant le déjeuner en entreprise sont assouplies. Dans les cantines, la jauge est fixée à 50 % de la capacité d’accueil totale, avec six personnes par table maximum. L'occasion de revenir en 1983, à l'époque faste des restaurants d'entreprise. 


Par la rédaction de l'INA - Publié le 24.03.2021 - Mis à jour le 08.06.2021

En 1983, la restauration d'entreprise est une fête !

Ce mercredi 9 juin, les règles concernant le déjeuner en entreprise sont assouplies. Dans les cantines, la jauge est fixée à 50 % de la capacité d’accueil totale, avec six personnes par table maximum. L'occasion de revenir en 1983, à l'époque faste des restaurants d'entreprise. 


Par la rédaction de l'INA - Publié le 24.03.2021 - Mis à jour le 08.06.2021
 

Le 30 avril 1983, le journal télévisé de France 3 Rhône-Alpes diffuse un reportage consacré à la bonne santé du secteur de la restauration collective. Une opération lancée par la première entreprise française du secteur vise à faire tester par des journalistes leurs nouveaux desserts. Verdict : « Comme à la maison », selon l'heureux cobaye de la rédaction, choisi pour goûter gâteaux aux chocolats, coupes de fruits, tartes à l'ananas et autres friandises... 

1983 apparaît comme une année faste pour les restaurants d'entreprise, fréquentés « quotidiennement par 14 millions de Français ». Un succès qui s'explique par la « conjoncture » de la crise économique, comme l'explique ce responsable : « Le phénomène de restauration collective en entreprise s'est développé très fortement depuis les années 1960. Après avoir connu un léger tassement du développement depuis les années 1978, on voit à nouveau une hausse de la fréquentation de nos restaurants liée essentiellement [...] à un resserrement du pouvoir d'achat des salariés. »

Plus de clients donc, et plus de choix dans les plats proposés. Alors que le début de l'histoire de la restauration collective est marquée par le seul plat garni, sans rien d'autre, les années 1980 voient le développement du menu pour, « à la demande des consommateurs, fournir une véritable prestation de restaurant traditionnel ». 

L'offre généreuse en desserts participe donc de cette nouvelle tendance de la restauration collective, tout en offrant aux cuisiniers, soumis à de nombreuses tâches ingrates et difficiles, une activité plus valorisante et agréable.

Pour aller plus loin : 

Le 12 décembre 1957, un reportage consacré à l'ouverture d'une restauration d'entreprise à la Radio télévision française (RTF), aux studios des Buttes Chaumont. 

Le 5 mai 1975, extrait du magazine Aujourd'hui Madame consacré au restaurant de l'usine Citroën à à Aulney : le directeur de la société de gérance décrit l'organisation des repas, répartis en trois services, de 11 à 13 heures, et précise le temps dont disposent les ouvriers pour déjeuner, entre 30 et 45 minutes.Interrogés au sujet de ces repas, des salariés en train de déjeuner autour d'une table, déclarent être satisfaits du choix offert, même si la qualité n'est pas toujours au rendez-vous.

Reportage du journal télévisé de France 3 Toulouse diffusé le 25 mai 1989 : une société de restauration propose à ses salariés un repas révolutionnaire pour la célébration du bicentenaire de 1789. 


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.