Aller au contenu principal
En 1976, Raymond Poulidor enfilait enfin le maillot jaune...

En 1976, Raymond Poulidor enfilait enfin le maillot jaune...

Mathieu Van der Poel, le petit-fils de Raymond Poulidor a remporté le maillot jaune de la 2e étape du Tour de France. Le cycliste adoré des Français n'a jamais porté cette tunique, arrivant toujours second. En 1976, Jacques Anquetil lui offrait le cadeau de sa vie...


Par la rédaction de l'INA - Publié le 13.11.2019 - Mis à jour le 28.06.2021
 
Mathieu Van der Poel, le petit-fils de Raymond Poulidor a remporté le maillot jaune de la 2e étape du Tour de France. Le cycliste adoré des Français n'a jamais porté cette tunique, arrivant toujours second. En 1976, Jacques Anquetil, son adversaire historique, lui offrait le cadeau de sa vie...

Dimanche 27 juin, Mathieu Van der Poel, petit-fils de Raymond Poulidor, s'est s'imposé dans la deuxième étape du Tour de France entre Perros-Guirrec et Mûr-de-Bretagne. Il s'est emparé du maillot jaune, que son grand-père n'avait jamais porté. Figure populaire du cyclisme, Raymond Poulidor est né le 15 avril 1946. Sa carrière a été marquée par sa rivalité avec Jacques Anquetil. Et pourtant !

En 1976, son adversaire historique lui offrait le cadeau de sa vie... Pour l'émission "Les étapes de la gloire", Jacques Anquetil, cinq fois vainqueur du Tour, retrouvait son adversaire d'autrefois, celui que les Français surnommaient affectueusement "Poupou". Pour leurs retrouvailles, "Maître Jacques" réservait une surprise de taille à "l'éternel second" : un vrai maillot jaune ! Pour le Creusois, c'était une première ! Ému, il l'enfilait, tout en plaisantant : "Jamais j'en ai porté. Si ça se trouve, ça ne me va pas. C'est peut-être pour ça aussi…" Son rival d'autrefois lui rétorquait amusé : "J'aime mieux te voir maillot jaune aujourd'hui..." et plaisantait : "Ça te va bien au teint."

Raymond Poulidor reconnaissait tout de même que d'enfiler un maillot jaune ça lui donnait : "presque la chair de poule". Cependant, pas de regrets :  "Le vélo m'a tout apporté, au-delà de mes espérances. Evidemment, si j'avais pu gagner le Tour de France… Ça manque un peu. Mais disons que je n'ai aucun regret." Il concluait avec un brin de nostalgie tout de même : "Mais maintenant que je l'ai sur moi, je me dis en moi-même... oui, si je l'avais eu… ça m'aurait fait beaucoup plaisir."

Un beau moment de complicité et de tendresse entre deux grands champions de la petite reine.

Pour aller plus loin :

Tous nos contenus sur le cyclisme

Raymond Poulidor déçu le 13 juillet 1965 sur le Tour. Son attaque contre Gimondi.

Florence Dartois


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.