Aller au contenu principal
Edith Cresson raconte qu'un journaliste a colporté un mensonge sur elle en 1991

Edith Cresson raconte qu'un journaliste a colporté un mensonge sur elle en 1991

La responsable socialiste a été nommée premier ministre le 15 mai 1991. Elle tiendra 11 mois. Six ans plus tard, dans "Le cercle de minuit", elle se confiait à Laure Adler.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 12.05.2021 - Mis à jour le 15.05.2021

Edith Cresson raconte qu'un journaliste a colporté un mensonge sur elle en 1991

La responsable socialiste a été nommée premier ministre le 15 mai 1991. Elle tiendra 11 mois. Six ans plus tard, dans "Le cercle de minuit", elle se confiait à Laure Adler.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 12.05.2021 - Mis à jour le 15.05.2021
Edith Cresson sur les femmes politiques - 1997 - 02:31 - vidéo
 
Edith Cresson sur les femmes politiques - 1997 - 02:31 - vidéo
La responsable socialiste a été nommée premier ministre le 15 mai 1991. Elle tiendra 11 mois. Six ans plus tard, dans "Le cercle de minuit" de Laure Adler, elle raconte avoir été victime d'un mensonge de la part d'un journaliste. 

À ce jour, Edith Cresson est la seule femme à avoir été nommée premier ministre en France. Quand François Mitterrand la nomme le 15 mai 1991, elle remplace Michel Rocard et "cherche à rompre avec les pratiques du passé", comme le dit lui-même le site du gouvernement. Elle restera en poste 11 mois (323 jours), "et pour elle ce fut un enfer", selon Le Monde.

Elle le raconte bien, notamment dans l'extrait en tête de cet article. Il date de 1997, soit six ans après son départ de Matignon. Elle répond à Laure Adler dans un "Cercle de minuit" consacré aux femmes et la politique. Son propos est clair. Elle raconte avoir été victime de mensonges quotidiens pendant sa mission, dont un qui semble incroyable.

Elle assure qu'un journaliste de radio a raconté qu'elle avait fait barrer toutes les rues d'un quartier parisien pour se rendre à un défilé de mode. "C'était absolument stupéfiant, puisque je n'y étais pas allée et que le procédé est inimaginable", dit-elle dans l'émission. Avant de poursuivre avec un sens direct de l'analyse : "on fantasme là, une femme premier ministre va être une sorte d'impératrice, de personne qui n'a pas le sens de la limite, qui n'a aucune retenue dans sa façon de procéder et qui va exploiter le pouvoir jusque dans ses aspects les plus ridicules. Cela prouve un lien, une relation au pouvoir chez les hommes qui s'exprime de cette manière là et qui est quelque chose que je trouve inquiétant". Il y a là une autre façon d'illustrer ce qui avait fait sa popularité avant sa nomination : "un certain franc-parler, une façon de foncer dans les difficultés", pour reprendre Le Monde.

Pour aller plus loin : 

Les réactions à l'Assemblée nationale à la nomination d'Edith Cresson.

Edith Cresson le lendemain de sa nomination : "Les femmes sont des êtres humains doués d'un cerveau, il ne faudrait quand même pas l'oublier".

Toujours dans Le cercle de minuit, elle raconte les injures reçues.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.