Aller au contenu principal
Diam's en 1999 : "On sait que le rap, ça peut apporter quelque chose"

Diam's en 1999 : "On sait que le rap, ça peut apporter quelque chose"

21 avril 1999, le magazine "Saga cités" diffuse une interview d'une toute jeune rappeuse, une certaine Diam’s, alors âgée de 18 ans. La jeune artiste fait déjà preuve d’une grande énergie et d'une maturité étonnante. 


Par la rédaction de l'INA - Publié le 30.03.2021 - Mis à jour le 30.03.2021

Diam's en 1999 : "On sait que le rap, ça peut apporter quelque chose"

21 avril 1999, le magazine "Saga cités" diffuse une interview d'une toute jeune rappeuse, une certaine Diam’s, alors âgée de 18 ans. La jeune artiste fait déjà preuve d’une grande énergie et d'une maturité étonnante. 


Par la rédaction de l'INA - Publié le 30.03.2021 - Mis à jour le 30.03.2021
1999, Diam's évoque le rap et sa mère - 1999 - 00:00 - vidéo
 
1999, Diam's évoque le rap et sa mère - 1999 - 00:00 - vidéo

Elle s'apprête à donner un concert, entre les répétitions, l'artiste nous dévoile un pan de son univers. Son monde, c'est celui du rap. Un courant musical très important à ses yeux mais pas seulement : "Le rap aujourd'hui ça touche tout le monde, les jeunes, les adultes, les plus jeunes encore…"

Souriante et décontractée, une cigarette à la main, Diam's évoque notamment, le groupe de rap qui a tout déclenché pour elle : NTM, et l'importance de leurs messages dans sa vie : "Ils ne pouvaient pas se permettre de dire n'importe quoi, sinon, j'aurais fait n'importe quoi. Ça sert à rien de faire du rap pour rien raconter […] On sait qu’aujourd’hui, le rap, ça peut apporter quelque chose."

La jeune fille énergique voue un véritable culte au rap, véritable passeur d'un message fort. Elle dénigre d'ailleurs ceux qui l'utiliseraient comme un pur produit commercial, et critique la pratique du rap par conformisme, opportunisme, juste pour la notoriété qu'il peut apporter.

"Ma mère elle est là partout"

Dans son album, elle dédicace un titre à sa mère et à toutes les mères de rappeurs, "Drôle de bizz" : "Pour leur montrer que le rap c'est un truc bien…"

Sa mère d'ailleurs, elle l'évoque avec des étoiles dans les yeux. C'est le pivot de sa vie, "ma mère elle est là partout […] une maman, surtout à mon âge c'est important […] Elle a joué tous les rôles […]. Le rôle du père, du frère, de la sœur. Elle a un peu comblé tout le monde. C'était forcé, si mon album c'est un peu ma vie. Elle fait partie de ma vie […] Elle est constamment là, donc c’était forcé qu’on la retrouve dans l’album."

Dans l'un de ses morceaux, il est aussi question d'amour. Le rap et l'amour, une évidence pour elle, même si se dévoiler n'a pas été facile : "L'amour ça va avec la vie. Et le rap, c'est la vie". Reste qu'imaginer que ses états d'âmes amoureux se retrouvent diffusés l'effraye un peu quand même : "A des milliers d'exemplaires […] mais bon, c'est du rap. C'était forcé que j'y arrive. Mais c'était un petit challenge que je m'étais fixé. Eh bien, j'ai réussi", conclut-elle dans un large sourire.

Diam’s a stoppé sa carrière musicale en 2012, en plein succès. Elle a préféré se consacrer à sa vie privée. Un choix tranché qui colle finalement bien avec le caractère affirmé qu'elle affichait déjà dans cet interview de 1999.

Pour aller plus loin : 

Un autre extrait de l'émission Saga cités : Diam's chante "C'est toi qu'm'gêne", un titre contre les "fachos". 

D'autres contenus sur Diam's

Dix grands succès du rap français. 

1990, Lionel D : "Je me sens black. Je suis humain avant tout"

Sidney et David Guetta : "Nation rap".

Florence Dartois


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.