Aller au contenu principal
1958 : la deuxième crise du détroit de Taïwan

1958 : la deuxième crise du détroit de Taïwan

En août 1958, dans un contexte de tentative de détente entre Etats-Unis et URSS, la Chine communiste se rappelle au bon souvenir de la communauté internationale en bombardant les îles de Quemoy et de Matsu, à quelques encablures des côtes continentales, mais sous souveraineté taïwanaise. Constatant la forte détermination de l'Amérique à défendre Taïwan, un cessez-le-feu intervient un mois plus tard. Les îles de Quemoy et de Matsu restent taïwanaises.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 04.08.2022
Quemoy sous le feu de l'artillerie chinoise - 1958 - 00:47 - vidéo
 

C'est dans un contexte de dégel des tensions entre Etats-Unis et URSS, à l'été 1958, que la question taïwanaise revient sur le devant de la scène, de façon très sérieuse. Mao Zedong, le président de la Chine communiste depuis 1949, n'a toujours pas digéré le repli des nationalistes chinois dirigés par Tchang Kaï-chek sur l'île de Taïwan (Formose). La grande île, qui fait face à la Chine continentale de l'autre côté du détroit de Formose, est alors la seule Chine reconnue par les Etats-Unis et la majorité de la communauté internationale. La guerre de Corée (1950-1953) a provisoirement écarté pour Mao la possibilité de récupérer Taïwan, et il a échoué en 1954-1955 lors de la première crise du détroit de Taïwan à récupérer l'île stratégique de Quemoy (Kinmen), située juste en face du continent. 

En août 1958, Mao Zedong décide donc un bombardement de l'île, pour tester notamment la détermination des Américains à s'engager pour la défense de Taïwan. C'est cet épisode, connu comme la « deuxième crise du détroit de Taïwan », que relate ce sujet des Actualités françaises, en date du 24 septembre 1958 : « Point de tension extrême dans les relations internationales, Qemoy vit isolé derrière un rideau d’obus que déversent les batteries côtières de la Chine communiste. Mais les bombardements ne se bornent pas à tenir en respect les convois de ravitaillement. Les rues et les maisons de l’île portent la marque de la guerre. Des sinistrés, mais aussi davantage. L’hôpital militaire abrite beaucoup de blessés qui n’avaient pas d’uniformes. Pour tous ceux-là, le règlement rapide du problème est aussi d’une extrême importance. » 

Les Etats-Unis réagissent avec fermeté, en déployant sur la zone la septième flotte et en organisant le soutien logistique de la défense de l'île de Qemoy, sur laquelle sont débarqués au vu de tous des pièces d'artillerie pouvant tirer des charges nucléaires tactiques. De tels bombardements nucléaires sur la côte chinoise ont bel et bien été envisagés par les Etats-Unis. Face à la détermination américaine, le bombardement chinois sur l'île de Qemoy cesse fin septembre, et un cessez-le-feu revient au statu quo ante bellum. Néanmoins, l'île de Qemoy subira épisodiquement les années qui suivent de nouveaux bombardements chinois.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.