Aller au contenu principal
De la littérature au cinéma, le succès magique de Harry Potter

De la littérature au cinéma, le succès magique de Harry Potter

Le 16 novembre 2001 sortait au cinéma le premier volet de la saga littéraire Harry Potter. Tel un raz-de-marée, la "Pottermania" allait devenir un phénomène de société, au point d'étonner son auteure J. K. Rowling elle-même.

Par Florence Dartois - Publié le 15.11.2021
 

Le 16 novembre 2001, quelques semaines avant la France où le film sortira le 2 décembre, les Londoniens découvraient l'adaptation cinématographique des aventures de Harry Potter, ce petit sorcier orphelin aux pouvoirs extraordinaires imaginé par Joanne Kathleen Rowling.

L'archive en tête d'article nous présente l'ambiance de folie qui régnait lors de la première mondiale de Harry Potter à l'école des sorciers à Londres. Le jeune Daniel Radcliff, qui a interprété Harry jusqu'au bout de la saga cinématographique, était lui-même sensible à la magie de cette histoire, précisant comme son personnage le ferait :  "Je crois à la magie".

Dès 1999, J. K. Rowling avait accepté que ses romans soient adaptés au cinéma, et vendait les droits cinématographiques des quatre premiers livres à Warner Bros. pour un million de livres sterling. Le producteur anglais s'était engagé auprès de la romancière à rester fidèle à l'histoire et aux côtés sombres de son univers.

Lors de cette soirée, l'auteure semblait en effet comblée par cette adaptation, confiant que le film était parvenu à recréer son univers, et précisant "de mon point de vue, c'est merveilleux". Pour le réalisateur Cris Columbus, ce côté sombre "à la lisière de l'histoire" était très important pour ce conte initiatique, "parce que le héros est orphelin et doit découvrir qui il est, quelle est son identité. Il est aussi le héros bon qui doit triompher du mal. L'ombre est nécessaire".

Un conte initiatique

Le succès de ce premier film allait être à l'image du phénomène littéraire Harry Potter, unique dans les annales de la littérature. Tout avait commencé en 1995. Cette année-là, Joanne Kathleen Rowling, une jeune anglaise au chômage, élevant seule son enfant, se lance dans la rédaction des aventures d'un petit sorcier. Harry Potter est né, toujours accompagné de ses fidèles amis Ron Weasley et Hermione Granger. Le récit relate son éducation à l'école de sorcellerie de Poudlard, dirigée par Albus Dumbledore.

Après plusieurs refus de maisons d'édition, la jeune femme est finalement éditée en 1997. Le premier roman de la saga sort le 26 juin en Grande-Bretagne, il sera édité en France en octobre 1998 et va rapidement devenir un succès mondial. Son traducteur français Jean-François Ménard explique ici ce qui, à son avis, a fait le succès de ce roman. Il évoque en particulier l'inventivité de l'écrivaine… et la fascination du lecteur pour la toute puissance et les fragilités du héros. Comme dans les contes anciens, il s'agit d'apprendre à vivre dans un monde cruel et à passer à l'âge adulte.

Phénomène Harry Potter
2000 - 02:36 - vidéo

La "Pottermania" s'empare des fans de tous les âge. Cette frénésie inespérée étonne jusqu'à son auteure. En 2000, J.K. Rowling ne parvient toujours pas à comprendre cet engouement.

Portrait de JK Rowling
2000 - 01:40 - vidéo

Des lecteurs fidèles

Les lecteurs vont grandir en même temps que le petit héros et suivre sur sept tomes, jusqu'en 2007, le combat du jeune Harry Potter contre un mage noir cruel et invincible, Lord Voldemort, l'assassin de ses parents. Au fil des romans, Harry devra aussi affronter les serviteurs du maître des ténèbres, un clan de mages noirs, les Mange-morts. Chaque nouvelle édition va s'accompagner d'une campagne marketing impeccable. La formule magique de la sortie de chaque roman est toujours la même : un secret bien gardé sur l'impression et le contenu du livre (ouvrages conservés dans des coffres). Une sortie à minuit précise, dans des librairies restées ouvertes pour l'occasion. Des fêtes, des animations et des fans conviés à se déguiser.

Et ça marche. Partout, les "Moldus" se battent pour obtenir le précieux manuscrit. Au total, 123 millions de lecteurs succomberont à la magie Potter.

Portrait de fans d'Harry Potter
2005 - 01:44 - vidéo

Le dernier tome

Vient l'heure de la fin. En juin 2006, quelques mois avant la sortie du septième et dernier tome de la saga, une seule question est sur toutes les lèvres : Harry va-t-il mourir? Les fans imaginent toutes les fins possibles. Pour ceux qui ont grandi avec le petit héros, c'est un déchirement.  D'ailleurs certains psychologues s'emparent de ce sujet quasi "mystique", s'interrogeant très sérieusement : et si faire disparaître Harry traumatisait toute une génération de lecteurs ? Quant à J.K. Rowling, elle joue avec les nerfs de ses lecteurs en déclarant laconiquement : "il y a un prix à payer, nous avons à faire aux forces de mal".

Harry Potter va-t-il mourir?
2006 - 01:55 - vidéo

Sans dévoiler l'épilogue des aventures de Harry et de ses amis, sachez qu'en février 2018, il s'était vendu dans le monde plus de 500 millions d'exemplaires, traduits en 80 langues, faisant de cette série la plus vendue de l'histoire de la littérature. Quant aux huit films (le dernier roman ayant été scindé au cinéma en deux parties), ils ont rapporté au total plus de 8 milliards de dollars de recette. Ils représentent la troisième franchise les plus rentable de tous les temps (après celle des Marvel et de Star Wars).

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.