Aller au contenu principal
Christain Lacroix, en 1987 : "C'est Carmen, la star de mon enfance"

Christain Lacroix, en 1987 : "C'est Carmen, la star de mon enfance"

Artiste de talent, Christian Lacroix est né le 16 mai 1951 à Arles. Il est devenu une véritable icône de la mode et n'a jamais oublié son âme arlésienne dans les tenues qu'il a créées, à l'image de celles de sa 1ère collection en 1987.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 10.11.2007 - Mis à jour le 12.05.2021
Christian Lacroix - 1987 - 02:11 - vidéo
 
Artiste de talent, Christian Lacroix est né le 16 mai 1951 à Arles. Il est devenu une véritable icône de la mode et n'a jamais oublié son âme arlésienne dans les tenues qu'il a créées, à l'image de celles de sa première collection en 1987.

Froufrous colorés, taffetas froissé, velours brodé. Génie de la couleur et des motifs, amoureux de la matière, Christian Lacroix conjugue fougue, passion et délicatesse.
Le célèbre couturier se décline créateur, scénographe. Mais toujours amoureux de sa région natale, à l'image de son premier défilé qu'il commentait, en juillet 1987, dans le journal de midi d'Hervé Claude. Robe inspirée de l'Arlésienne, cape du soir, de toréador… Les couleurs embrassent une gamme très large faite de noir, gris et brun et de touches plus violentes voire fougueuses.

Comment définir le style Lacroix alors ? Des couleurs déjà. Le blanc se fait rare. dans le catalogue de l'expo qui lui était consacrée aux Arts décoratifs de Paris en 2015, le grand couturier avouait : "De toutes les couleurs, le blanc est celle qui m'est le plus étrangère".
Pourtant, il confie sa surprise quant à sa désignation systématique de "couturier de la couleur" : "Le rouge dont j'aime abuser est surtout celui de ma mère. Elle avait pour habitude m'habiller de rouge ou avec une touche de rouge qui met de bonne humeur." Bonne humeur aussi comme ses motifs excentriques : pois, rayures, patchwork… Christian Lacroix, c'est la fantaisie avant tout.
Dans ses tenues, on retiendra surtout le mélange des genres. Comme en témoignent les robes de mariées façon Lacroix : fils d'or, superposition des matières et des influences. Chaque modèle est un résumé de Lacroix.

"Je n'apporte que de l'ancien, rien n'est plus nouveau que le passé"

Quelques jours plus tard pour cette même collection, le créateur déclarait : "Je trouvais complètement légitime que la première collection LacroixX soit un hommage à la région, à la ville où je suis né et sans laquelle je ne serais pas ce que je suis. C'est vrai que j'ai été influencé par le costume des Arlésiennes, le costume du toréador et toute l'ambiance de la Camargue et de la Provence. Je n'apporte que de l'ancien, rien n'est plus nouveau que le passé. Ce que j'essaye de faire, c'est une couture qui soit digne de la Haute couture des années 30, des années 40 et des années 50, quand tout était exceptionnel, exubérant. Quand la haute couture était à la limite de l'importable... La vocation de la haute couture est de s'adapter à une femme, à tout ce qu'elle représente... Il faut cinq milliards de centimes pour les premières saisons, on a trois ou quatre ans pour réussir, mais il faut que tout cela soit suivi par le prêt à porter, les licences, et plus tard par le parfum... ".

Christian Lacroix, c'est donc parfois la recherche d'une certaine simplicité : la richesse de souvenirs et de temps passés.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.