Aller au contenu principal
Charlie Watts en 2010 : "Les Rolling Stones, c'est moi aussi"

Charlie Watts en 2010 : "Les Rolling Stones, c'est moi aussi"

Le batteur du plus célèbre groupe de rock du monde est mort mardi 24 août à l'âge de 80 ans. En 2010, il était à Paris pour jouer du... boogie-woogie.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 24.08.2021 - Mis à jour le 25.08.2021

Charlie Watts en 2010 : "Les Rolling Stones, c'est moi aussi"

Le batteur du plus célèbre groupe de rock du monde est mort mardi 24 août à l'âge de 80 ans. En 2010, il était à Paris pour jouer du... boogie-woogie.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 24.08.2021 - Mis à jour le 25.08.2021
Les 5 dernières minutes : Charlie Watts - 2010 - 08:43 - vidéo
 
Les 5 dernières minutes : Charlie Watts - 2010 - 08:43 - vidéo

Le batteur du plus célèbre groupe de rock du monde est mort mardi 24 août à l'âge de 80 ans. En 2010, il était à Paris pour jouer du... boogie-woogie.

Le batteur des Rolling Stones, Charlie Watts, est mort mardi 24 août à Londres à l'âge de 80 ans. "C'est avec une immense tristesse que nous annonçons le décès de notre cher Charlie Watts", a indiqué dans un communiqué son agent Bernard Doherty, précisant qu'il était "décédé paisiblement dans un hôpital de Londres, entouré de sa famille".

Le batteur, qui avait fêté ses 80 ans en juin, était membre des Rolling Stones depuis 1963. Avec le chanteur Mick Jagger et le guitariste Keith Richards, Charlie Watts faisait partie des plus anciens membres du célèbre groupe. En 2004, il avait été soigné pour un cancer de la gorge à Londres, dont il s'était remis. "Charlie était un mari, un père et un grand-père très apprécié et aussi, en tant que membre des Rolling Stones, l'un des plus grands batteurs de sa génération", a estimé Bernard Doherty.

En 2010 sur France 2, comme on le voit dans notre archive, on apprenait que son rêve était de jouer du jazz dans un club de Paris. "Je voulais jouer du jazz, mais surtout du boogie-woogie, de la musique qui bouge, quelque chose de différent", disait-il. 

Le groupe avec lequel il se produisait au Duc des Lombards s'appelait ABC and D of Boogie Woogie. Avec facétie, il expliquait : "Je suis le C, je suis le batteur, ABCD vient de nos quatre prénoms (...) c'est du boogie-woogie, c'est intéressant d'en jouer, c'est amusant, on fait du swing,  ça nous plaît". Il reconnaissait que jouer ce style de musique dans une petite salle lui imposait de jouer moins fort qu'au Stade de France avec les Rolling Stones.

Et à propos du groupe le plus célèbre du monde, il dit : "Notre métier, c'est de jouer, partout, à travers le monde (...) ça fait tellement longtemps que ça dure, on ne s'ennuie pas (...) Les Rolling Stones, c'est moi aussi, mais [les entretiens ou la promo] je laisse Mike ou Keith faire cela", admettait-il. "On n'a pas besoin de se parler énormément, on travaille ensemble et c'est tout", confiait-il à Elise Lucet.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.