Aller au contenu principal
2004 : Charles Caudrelier remporte sa première grande course, entre stress et adrénaline

2004 : Charles Caudrelier remporte sa première grande course, entre stress et adrénaline

Le skipper Charles Caudrelier, 48 ans, a gagné le 16 novembre la 12e édition de la Route du Rhum. Il a même signé le record de la course : 6 jours, 19h, 47m et 25s. Un exploit pour une première participation. Les grands horizons, ce Finistérien en rêvait déjà au début des années 2000 alors qu'il remportait sa première grande course en solitaire.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 16.11.2022
Portrait de Charles Caudrelier - 2004 - 01:52 - vidéo
 

L'ACTU.

Le 16 novembre 2022, Charles Caudrelier a remporté la Route du Rhum à bord du « Maxi-Edmond-de-Rothschild », dans la catégorie des Ultims. Il s'agissait de sa première participation à la Transatlantique. Pour son premier coup d'essai, le navigateur a réalisé un coup demi maître en reliant Saint-Malo à la Guadeloupe en 6 jours, 19h, 47m et 25s. Un record. Il a battu Francis Joyon (Idec Sport) qui, en 2018, était arrivé après 7 jours 14 heures 21 minutes et 47 secondes de mer. Le navigateur ajoute ainsi une prestigieuse victoire à son palmarès débuté au début des années 2000.

LES ARCHIVES.

Nous avons retrouvé dans nos archives cette interview réalisée en 2004 alors qu'il arrivait premier de l'avant-dernière étape de la Solitaire du Figaro. Arrivé douzième l'année précédente, il comptait bien prendre sa revanche. En tête du classement général de la course, il appréhendait pourtant une défaite. Faire figure de favori entraînait pour lui plus de pression, mais même s'il était peu connu du grand public, c'était déjà un professionnel doté d'un palmarès tout à fait honorable.

Interrogé à l'étape de Gigon en Espagne, Charles Caudrelier, 30 ans, 1er au classement général sur le «Bostik Findley », confiait ses doutes et ses rêves aux journalistes de France 3 Bretagne venus l'interroger. Tout aller se jouer dans sa tête selon lui : « Je sens que je peux gagner et ça me met de la pression... J'ai tout à perdre ! », avouait-il sur sa table de massage.

À l'époque il confiait que depuis qu'il faisait du bateau, la seule chose qui l’intéressait, c'était la catégorie des monotypes, laissant une grande place à l'art du marin, « parce que je trouve ça bien de me battre à armes égales ». Il décrivait les bolides des mers qu'il pilotait avec passion : « ce ne sont pas des Ferrari, on n’a pas des "Formule I ", on a tous des Clio. C’est des Clio Sport et avec ça, c'est le pilote qui fait la différence et moi je trouve ça passionnant » confessait-il.  À l’époque, s'il souhaitait naviguer, il espérait le faire un peu plus en équipage. Une coupe de l’America ou un trophée Jules Verne autour du globe, voilà les courses que le faisaient rêver.

Une victoire savoureuse

Charles Caudrelier remportait la Solitaire du Figaro dès le lendemain, le 12 avril 2004. C'était sa 5e participation à cette course. Cette victoire représentait une revanche sur ses échecs précédents et une reconnaissance dans le milieu de la voile. Le navigateur expliquait que la Solitaire était une bonne école et que la plupart des grands navigateurs avaient commencé ainsi. Comme les bateaux étaient identiques, ce type de courses, « des batailles de bûcherons », permettaient aux marins de faire la différence. Revenant sur cette course, il décrivait ses difficultés et sa hantise de casser un élément vital du bateau. Cette victoire, il l'espérait, serait un billet d'entrée pour des bateaux plus gros. Son rêve vient de se réaliser.

Interview en direct de Charles Caudrelier
2004 - 02:21 - vidéo

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.