Aller au contenu principal
Ces hommes politiques qui présentent leurs excuses

Ces hommes politiques qui présentent leurs excuses

Angela Merkel a demandé « pardon à tous les citoyens », mercredi 24 mars. La chancelière allemande remet ainsi en cause sa décision très critiquée de « Pâques au repos ». La contrition, un geste peu fréquent chez les politiques français, même s'il y a des exceptions. Florilège.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 25.03.2021 - Mis à jour le 25.03.2021

Ces hommes politiques qui présentent leurs excuses

Angela Merkel a demandé « pardon à tous les citoyens », mercredi 24 mars. La chancelière allemande remet ainsi en cause sa décision très critiquée de « Pâques au repos ». La contrition, un geste peu fréquent chez les politiques français, même s'il y a des exceptions. Florilège.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 25.03.2021 - Mis à jour le 25.03.2021
Politique : Retour sur des excuses - 2017 - 02:07 - vidéo
 
Politique : Retour sur des excuses - 2017 - 02:07 - vidéo
Angela Merkel a demandé « pardon à tous les citoyens », mercredi 24 mars. La chancelière allemande remet ainsi en cause sa décision très critiquée par les industriels et les milieux religieux de « Pâques au repos » dans le contexte de lutte contre le Covid-19. La contrition, un geste peu fréquent chez les politiques français, même s'il y a des exceptions. Florilège des excuses de nos politiques, avec ce sujet du journal télévisé de France 2.

Le 31 mars 2017, France 2 s'intéresse aux excuses de nos hommes politiques et compile quelques extraits télévisés de leurs déclarations. Elles ont le plus souvent en commun d'être bien tardives, prononcées bien après la mise en oeuvre des réformes ou des faits. 

En février 2014, Alain Juppé s'excuse d'avoir augmenté les impôts en 1995, alors qu'il était Premier ministre : « J'ai fait une bêtise. J'ai essayé de la corriger, je n'y suis pas arrivé. J'ai fait une bêtise, et vous voyez, le propre de l'âge et de l'expérience, c'est qu'on ne refait pas les mêmes bêtises deux fois. »

Un autre Premier ministre, Lionel Jospin, regrettait l'une de ses politiques alors qu'il était toujours à Matignon, et candidat à l'élection présidentielle. Par voie de presse, il évoquait ainsi la faille de sa politique sécuritaire : « J'ai pêché par naïveté [...] Je me suis dit : Si on fait reculer le chômage, on va faire reculer l'insécurité. »

Autre catégorie d'excuses, selon le reportage de France 2, le « mea culpa alambiqué », celui par exemple de Dominique de Villepin sur sa réforme finalement retirée du contrat de première embauche (CPE), en 2006. Revenant sur cet épisode marquant de son gouvernement, en mars 2012, il déclarait avec ironie : « J'ai voulu agir. J'aurais du faire comme font tous les bons hommes politiques, c'est-à-dire que j'aurais du ne rien faire. »

Il y a aussi les excuses en fonction d'un comportement. En septembre 2014, Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, qualifiait au micro d'Europe 1 les salariés de l'usine Gad « d'illettrés ». Le soir même, à l'Assemblée nationale, Emmanuel Macron revenait sur ses propos : « Le premier regret, c'est pour les propos que j'ai tenus ce matin, si j'ai blessé et parce que j'ai blessé des salariés. Et c'est inacceptable et ce n'est pas ce que je voulais faire ». Plus récemment, Nicolas Sarkozy et François Fillon ont également présenté des excuses.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.