Aller au contenu principal
"Cadet Rousselle", la première émission interactive de variétés 

"Cadet Rousselle", la première émission interactive de variétés 

Le 4 novembre 1971, à 20h30,  les téléspectateurs découvraient une nouvelle émission mêlant le jeu et la variété. La grande nouveauté de ce programme conçu par Guy Lux, c'était son interactivité. Les téléspectateurs pouvaient participer en votant pour leur chanson préférée. Découvrez ce premier numéro.

Par Florence Dartois - Publié le 04.11.2021
 

La première émission de "Cadet Rousselle" est diffusée le 4 novembre 1971 sur la 2ème chaîne de l'ORTF. Ce divertissement produit par Jacqueline Duforest et Guy Lux  se voulait familial. Il était diffusé tous les jeudis soir, en direct, à 20h30. Il s'agissait d'un "jeu-spectacle" présenté en public, du studio 102  de la Maison de la Radio, par Guy Lux et Sophie Darel. Reprenant, avec quelques variantes, le principe de deux autres émissions célèbres de variétés de l'époque, le "Palmarès de la chanson" et des "Etoiles de la chanson", ce jeu musical se décomposait en trois prix, portant chacun sur quatre chansons à départager à l'aide du vote des téléspectateurs et d'un jury de professionnels de la chanson.

L'archive en tête d'article est le générique de la première émission. Pour l'occasion Cadet Rousselle, alias Danyel Alexandre, était de la fête, imitant Valéry Giscard d'Estaing ou reprenant "Les Grands boulevards", le succès d'Yves Montand. Dans la suite de cet article, nous vous proposons de revivre ce premier numéro à travers quelques extraits choisis. Ce jour-là, le jury de personnalités était composé de Jacques Chancel, Claudine Auger, Françoise Hardy et Sylvie Vartan.

Présentation du jury de l'émission
1971 - 02:53 - vidéo

Une compétition interactive

La grande nouveauté de ce programme était l'interactivité avec les téléspectateurs. Ils devaient voter par téléphone pour élire leur chanson préférée dans l'une des trois catégories proposées, incluant 4 chansons à départager. A l'issue du passage des 4 candidats, l'huissier annonçait le résultat des votes grâce à un ordinateur. Une méthode particulièrement innovante pour l'époque ! Puis le jury de personnalités pouvait confirmer ou modifier ce classement.

Le dépouillement des votes par ordinateur
1971 - 01:50 - vidéo

Autre particularité du jeu interactif : le vote pour une chanson hors compétition, dite "chanson lumière", associée à une ville de France. Cette fois sa popularité se mesurait par la consommation d'électricité ! Les téléspectateurs de cette ville devraient attribuer une note de 0 à 100 à ce titre en allumant des lampes chez eux. Cette consommation de lumière supplémentaire était indiquée par le centre régional EDF de la ville correspondante. Ce 4 novembre 1971, Toulouse devait voter pour l'artiste Esther Galil et sa chanson "Le Jour se lève".

Des artistes en direct

Le déroulé de l'émission était toujours le même. Le premier prix, intitulé "50 ans de chanson française", était réservé aux succès des années 1920 à 1970. A l'affiche, ce soir-là, Colette Renard avec Mon Homme, Les Charlots, avec J'en ai marre, un succès de Maurice Chevalier, ou encore La java, par Nicoletta, et Jacques Dutronc pour la chanson "C'est Paris", toujours de Maurice Chevalier, à découvrir ci-dessous.

Jacques Dutronc chante "C'est Paris"
1971 - 02:18 - vidéo

Le second prix, dit "Prix à thème", réunissait des adaptations de thèmes classiques, à l'image de l'adaptation de l'Ave Maria de Charles Gounod par le groupe néerlandais Ekseption, ou l'adaptation par Les compagnons de la chanson de Au temps de Pierrot et Colombine.

Enfin, le troisième prix était un "Coup de chapeau à une vedette". La vedette de ce premier numéro était une idole des jeunes... Johnny Hallyday qui deviendra d'ailleurs un habitué du programme. Ce 4 novembre, il interprétait 4 titres devant un public de fans. Nous vous proposons de découvrir l'un des tubes chantés par l'artiste : Essayez.

Johnny Hallyday "Essayez"
1971 - 04:22 - vidéo

Des humoristes

Des sketchs comiques servaient de liaison entre ces différentes séquences musicales. Dans l'archive ci-dessous, découvrez l'un de ces intermèdes, intitulé En attendant le bus, mettant en scène Sim (Monsieur Visouquet, fonctionnaire au ministère des Erreurs) et Christian Vebel (Melle Plume, femme de ménage dans le journal "Ici Samedi").

L'émission restera deux ans à l'antenne, jusqu'au 21 juin 1973, date de sa dernière diffusion.

Pour  aller plus loin : 

Découvrez d'autres extraits de l'émission en cliquant ICI.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.