Aller au contenu principal
Big Ben, la cloche qui règle la vie des Britanniques au millième de seconde

Big Ben, la cloche qui règle la vie des Britanniques au millième de seconde

Big Ben a accompagné la reine Elizabeth II dans son dernier voyage en sonnant le glas 96 fois. Cette cloche rythme la vie des Britanniques depuis 1859 et ne s'était jamais tue jusqu'en 2017, date du début de sa restauration. Elle venait tout juste d'être remise en fonction. Juste à temps pour dire adieu à la reine.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 19.09.2022
L'envers de Big Ben - 2013 - 02:01 - vidéo
 

Les funérailles de la reine Elizabeth II ont impliqué un protocole strict auquel se sont pliés les membres de la famille royale, mais pas seulement. Big Ben a également joué un rôle crucial en sonnant le glas au cours de la cérémonie. En 1952, pour les funérailles du roi Georges VI, elle avait résonné 56 fois, soit un coup pour chaque année de vie. Pour Elizabeth II, Big Ben a sonné 96 fois, l’âge de la reine au moment de sa mort.

Big Ben est l’un des emblèmes de Londres. Et pourtant Big Ben n'est pas le nom de l'Elizabeth Tower, la tour-horloge du palais de Westminster, où siège le Parlement britannique. Le nom de Big Ben est celui de l'énorme cloche de 13,7 tonnes qui se trouve au sommet de la tour où elle a été installée le 31 mai 1859 et où elle a carillonné pour la première fois.

Ses mensurations impressionnantes - 2,20 mètres de haut, 2,70 mètres de large - l’empêche de se balancer. C’est un énorme marteau de 200 kg qui la fait résonner. Un outil si lourd qu’il avait fissuré Big Ben lors de son installation en 1859. La cloche est intimement liée à l’histoire du pays. Elle ne s’est jamais arrêtée, pas même durant la Seconde Guerre mondiale, malgré les 14 bombardements qui ont visé le Parlement. Il a cependant fallu la mettre en retraite temporaire en 2017 pour une importante restauration. La cloche s'est alors tue. La tour a été recouverte d'échafaudages pour un ravalement complet. Pendant cinq ans, 500 personnes se sont succédées pour lui donner une seconde jeunesse. Le cadran a même retrouvé son bleu d'origine.

Le reportage en tête d’article date de 2013. À l’époque, le journaliste Loïc de La Mornais a eu la permission exceptionnelle de pénétrer à l’intérieur. Il lui avait fallu gravir 334 marches pour y accéder. C'était un privilège car la visite de Big Ben est interdite aux touristes, seuls les résidents britanniques peuvent y accéder après deux mois d’enquête de police. Ces images filmées jusqu'en haut du beffroi suivaient les pas de l’horloger de Big Ben, Paul Robert, qui confiait d'ailleurs un secret d’horloger qui consistait à déposer des pennys dans le mécanisme pour le remettre à l’heure.

A l’étage au-dessus, le journaliste découvrait la célèbre cloche dont le son porte à 6 km. Egalement interrogé ce jour-là, Tim Redmond, guide et historien, expliquait le lien profond unissant Big Ben au peuple britannique et à la couronne. A tel point que c’était toujours elle qui annonçait le décès d'un souverain en résonnant d’une manière bien particulière.

Une précision à toute épreuve

L'archive ci-dessous diffusée en 2000 dans le 13h00 de France 2 expliquait notamment la précision de Big Ben capable de rivaliser avec les horloges atomiques.

David Lee, horloger chez Thwaites & Reed, société créée en 1840 et qui a géré Big Ben : «Malgré un battement de pendule toutes des deux secondes, elle peut fonctionner au micro-millième de seconde. Nous sommes très fiers car la nuit du Millénium [An 2000, NDLR] les douze coups de minuit ont retenti exactement à la milliseconde.»

En 2009, pour les 150 ans de Big Ben, Ian Westworth, le gardien de la grande horloge, avait montré le mécanisme complexe de l'horloge à Maryse Burgot de France 2, ainsi que la cloche et le cadran éclairé de 27 ampoules.

150ème anniversaire de Big Ben
2009 - 02:01 - vidéo

Focus sur un protocole millimétré

Le 19 septembre 2022, devant sa famille réunie, le cercueil de la reine a quitté l’abbaye de Westminster après une cérémonie d’une heure. A l’extérieur, l’attendaient 142 marins qui ont tracté son cercueil en procession jusqu'à l'Arc de Wellington, à Hyde Park Corner, dans le centre de Londres. Ce sont les mêmes marins qui ont ensuite guidé la dépouille de la reine, installée sur le chariot, au son de Big Ben et de coups de canon. Le convoi est ensuite passé devant Buckingham Palace où l’attendaient tous ses employés, réunis pour lui rendre un dernier hommage. Le cortège funéraire était composé de marins, militaires en tenue d’apparat et de la famille royale marchant au son des trompettes et cors, rythmée par un puissant tambour. La cérémonie s'est achevée au château de Windsor où la reine sera finalement inhumée aux côtés de son époux le Prince Philip au cours d'une cérémonie privée.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.