Aller au contenu principal
Aux origines des universités d'été : des stages de militants

Aux origines des universités d'été : des stages de militants

A la rentrée, les partis se plient à la tradition des universités d’été. EELV à Poitiers, le PS à Blois, les LR à Vincennes, Rn à Fréjus… Un moyen pour les têtes d’affiches de tester leur popularité. On est bien loin de la vocation des premières universités d’été qui étaient dédiées à 100% à la formation des militants. Retour sur ces premières expériences.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 31.08.2021 - Mis à jour le 31.08.2021

Aux origines des universités d'été : des stages de militants

A la rentrée, les partis se plient à la tradition des universités d’été. EELV à Poitiers, le PS à Blois, les LR à Vincennes, Rn à Fréjus… Un moyen pour les têtes d’affiches de tester leur popularité. On est bien loin de la vocation des premières universités d’été qui étaient dédiées à 100% à la formation des militants. Retour sur ces premières expériences.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 31.08.2021 - Mis à jour le 31.08.2021
 
C’est la rentrée politique et tous les partis se plient à la tradition des universités d’été. EELV à Poitiers, le PS à Blois, les LR à Vincennes, Rn à Fréjus… Un moyen pour les têtes d’affiches de tester leur popularité. On est bien loin de la vocation des premières universités d’été qui étaient dédiées à 100% à la formation des militants. Retour sur ces premières expériences.

Septembre 1975, pour la première fois en France, un parti organise des universités d'été. Une initiative des jeunes Giscardiens, à Montpellier. Le concept vient tout droit des Etats-Unis : table ronde entre militants et responsables du parti, discussion sur le programme... Mais aussi et surtout des ateliers pour devenir un militant digne de ce nom. Exemple avec ce cours d’élocution donné par Jean-Pierre Soisson alors secrétaire d'État : "Vous employez le langage des Français et de la vie de tous les jours, et ça, c’est très important parce que si vous voulez être compris, il faut convaincre et parler un langage très simple." Cette première est un succès. Elle est renouvelée l’année suivante avec 1000 jeunes Giscardiens ! Toujours la même recette : discussion, échange et surtout formation...

Alors en 1977, le parti socialiste organise à son tour ces stages de militants à la fin de l’été. Tout comme chez les jeunes Giscardiens : ateliers affiches, collages et bien-ûr discours publique avec débriefing de professionnels. Les années passent et ces universités d’été deviennent LE rendez-vous des militants dans tous les partis. Des stages de quelques jours ou quelques semaines un peu partout en France. L’ambiance est détendue. En 1983 ce jeune socialiste n’en revenait d’avoir croisé un ministre en toute simplicité.
Ces stages de militants étaient des initiatives réservés aux jeunes, souvent dépendantes des fédérations locales. Mais en 1993, le Parti socialiste décide d’organiser un rassemblement national entre tous les militants et les membres du parti à la fin de l’été. Alors la vocation initiale des universités d’été a bien changé. Place à la communication politique. Les universités d’été permettent aujourd'hui de mesurer l’influence d'un parti ou encore de vérifier la popularité des cadres.

Géraldine Cornet-Lavau


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.