Aller au contenu principal
L'Assemblée nationale, arène de sexisme

L'Assemblée nationale, arène de sexisme

La députée de la Nupes Marie-Charlotte Garin portait mardi 28 juin à l'Assemblée nationale la robe portée par Cécile Duflot en 2012 et qui fit couler beaucoup d'encre. Un acte pour défendre aujourd'hui les droits des femmes et des minorités, jusque dans l'Assemblée. Joutes verbales, combat de coqs… Le Palais-Bourbon est un lieu clos où l'on sent souvent la testostérone. Dans cette enceinte majoritairement masculine, les députées subissent de nombreuses remarques sexistes. Des quolibets qui n'ont toujours pas disparus en 2022 !

 

Par la rédaction de l'INA - Publié le 07.06.2022 - Mis à jour le 28.06.2022
L'Assemblée nationale, arène de sexisme - 2022 - 02:52 - vidéo
 

Misogynie, moqueries ou humiliations... Les députées victimes de sexisme, ça a commencé dès leur apparition à l’Assemblée nationale à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le montage d'archives en tête d'article revient sur les remarques sexistes auxquelles elles ont dû faire face au fil des années.

En 1945, l'arrivée de la gente féminine dans l'hémicycle est décrite avec un certain dédain dans un reportage des Actualités françaises : « Dans la cour du palais, monsieur Herriot, le président du parti radical, monsieur Louis Marin et puis des femmes, des cocos et des socialistes...».

Voilà comment étaient présentées les 33 premières femmes élues députées cette année-là.  Un sexisme ordinaire que l’on retrouve encore chez cette journaliste en 1963 qui s'intéressait plus à leur statut d'épouse qu'à leur mandat législatif : « Votre mari a-t-il accepté sans difficulté que vous exerciez ce mandat ? », ou encore, s'adressant à la députée Suzanne Ploux (1962 -1973) : « Votre vie familiale ne souffre-t-elle pas de votre activité parlementaire ? ».

En 1997, Nicole Catala, la vice-présidente de l'Assemblée nationale dénonçait le sexisme qui sévissait toujours au sein de l'institution : « Il est vrai, soit en commission ou en séance, il m’arrive de recueillir des  interjections déplacées. »

En 2012, Cécile Duflot fait l'objet de quolibets et de sifflets alors qu'elle se présente au pupitre en robe fleurie. La scène est filmée. Des sifflets qui feront la une des médias. Mais non content de leur petit effet, certains députés persisteront à l'image de Jacques Myard député UMP qui déclarera : « Elle était très belle madame Duflot ce jour-là, très belle robe, souriante, elle a piqué son fard ! Bah, qu’elle pique son fard, on s’en fout.» Ou Charles Amédée de Courson, député UDI qui ajoutera : « Madame Duflot est une belle femme, moi j’aime les jolies femmes avec des robes ! ».

Même scène désobligeante l'année suivante. Alors que la députée Véronique Massonneau prend la parole, un collègue imite les caquètements d’une poule. Pour l'élue, c'est l'incompréhension : « Je ne pensais même pas que ça pouvait exister un comportement comme celui-là.​​ »

S'en est trop. Pour la première fois, toutes les députées de gauche décident de marquer leur solidarité en entrant groupées dans l’hémicycle. De son côté, le député  Philippe Le Ray, l'auteur des bruits désobligeants, sera sanctionné avec un rappel à l’ordre et privé d’un quart de son indemnité pendant un mois.  Même sanction un an plus tard pour le député Julien Aubert qui avait manqué de respect à la présidente de l'Assemblée en refusant de féminiser son titre. 

Malgré ces rappels à l’ordre et ces sanctions publiques, le sexisme dans l’hémicycle est toujours d'actualité. Les députées sont en première ligne, mais aussi les journalistes politiques qui décident de lancer une pétition en 2015, comme l'expliquera Anne Bourse : « On s’est aperçues qu’on avait toutes des anecdotes, pas sur des gestes déplacés, parce que ça, c'est extrêmement grave, mais on en avait toutes sur des propos sexistes  déplacés. ». En 2017, ce sont les assistantes parlementaires qui décideront de prendre la parole à leur tour.

Ces exemples montrent comme il est encore difficile d'exclure le sexisme ordinaire dans l’enceinte même où le texte contre les violences sexistes a été voté.

Pour les créateurs de contenus

Vous souhaitez créer des contenus à propos de la parité en politique ? Un dossier de clips est disponible sur mediaclip, notre offre réservée aux professionnels des médias et de la création.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.