Aller au contenu principal
1983 : l'apprentissage en pâtisserie, une recette qui fait (déjà) des heureux

1983 : l'apprentissage en pâtisserie, une recette qui fait (déjà) des heureux

L'apprentissage se porte bien en France, selon le baromètre Institut des métiers-Maaf. Au premier rang des métiers vers lesquels les jeunes se tournent, la pâtisserie. Un engouement qui n'est pas nouveau, et qu'illustrait ce reportage de France 3 Normandie, il y a près de 40 ans. 

Par la rédaction de l'INA - Publié le 05.09.2022
 

Porté notamment par la vague des émissions de télévisions, pâtissier est le premier métier où sont formés des apprentis en France. Une belle vitrine pour l'apprentissage, qui, selon le baromètre Institut des métiers-Maaf, n'a jamais aussi bien marché depuis 2010. L'augmentation est même de 14% sur l'année 2020-2021 par rapport à l'année précédente. Il y eu début 2021  733 000 nouveaux contrats d'apprentissage, selon la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares).

L'apprentissage, une école de la vie qu'illustrait le sujet placé en tête d'article, un reportage de France 3 Normandie diffusé le 26 septembre 1983, à l'occasion de la journée européenne de l’apprentissage artisanal, une manifestation qui a regroupé à Versailles environ 1 millier de jeunes apprentis venant de France et de l’ensemble des pays de la communauté européenne.

Plus de pratique que de théorie

Le reportage donnait la parole à Christophe, un jeune pâtissier de 17 ans exerçant à Rouen. « Il en avait assez de l’école, commentent les journalistes Jean-Luc Weber et Patrick Genthonet, il a préféré cette formule pour apprendre son métier, une formule qui laisse davantage place à la pratique qu’à la théorie. Auprès du maître d’apprentissage, il lui faudra deux ans pour obtenir son CAP, contre 3 ans dans un lycée d’enseignement professionnel. » Le jeune apprenti semble en effet tout à son aise dans cet environnement professionnel où il évolue « trois semaines dans le mois », le reste étant dévolu aux cours théoriques qui lui servent dans son métier, comme « le dessin ou les mathématiques appliquées à la comptabilité. » L'école ne lui manque pas, et après son service militaire, c'est donc bien vers une « bonne place » en pâtisserie qu'il souhaite se diriger professionnellement.

« Ils sont près de 3600 élèves comme Christophe dans la Seine-Maritime à avoir choisi d’apprendre un métier chez un artisan formateur, poursuit le reportage. Ces derniers doivent être agréés pour accueillir des apprentis, ils travaillent en collaboration avec la chambre des métiers qui organisent l’apprentissage au niveau départemental. Ils sont soumis au contrôle de l’inspection de l’apprentissage du rectorat d’académie. Des artisans conscients de jouer un rôle dans la transmission de leur métier », comme en témoigne le pâtissier Jean-Pierre Coupel, pour qui l'apprentissage est quelque chose « d'irremplaçable » pour les jeunes.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.