Aller au contenu principal
1978 : on disait déjà que Charles serait Charles III

1978 : on disait déjà que Charles serait Charles III

Charles III a été officiellement proclamé roi samedi 10 septembre. Il s'est auparavant adressé vendredi soir aux Britanniques dans une intervention télévisée.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 09.09.2022 - Mis à jour le 10.09.2022
Prince Charles - 1978 - 01:48 - vidéo
 

Après une vie passée à attendre, le prince Charles, 73 ans est devenu jeudi 8 septembre le roi Charles III après la mort de sa mère Elizabeth II. Son accession au trône après 70 ans de patience, un record dans l'histoire de la monarchie britannique, a été immédiate à la mort de la reine, en vertu d'une ancienne maxime latine «Rex nunquam moritur» (le roi ne meurt jamais). Il a été proclamé roi samedi 10 septembre.

Né le 14 novembre 1948, Charles était devenu, en tant que fils aîné, l'héritier de la couronne à 3 ans et 3 mois, en février 1952, lorsque la princesse Elizabeth, 25 ans, était devenue reine à la mort de son père George VI. Depuis ses premiers engagements officiels dans les années 70, le rôle du Prince de Galles a été de «soutenir sa majesté la Reine, en tant que point focal de la fierté nationale». Il a donc accueilli en son nom les dignitaires au Royaume Uni, participé aux dîners d'Etat, voyagé dans une centaine de pays, remis des milliers de décorations, couru les inaugurations, honoré des héros, écrit ou enregistré d'innombrables messages d'encouragement ou de félicitations. Il remplaçait de plus en plus sa mère à la santé déclinante.

«Romantique incurable»

Le nouveau roi Charles devient le monarque britannique le plus âgé au début de son règne. Moins populaire que sa mère, les Britanniques connaissent surtout de lui le naufrage de son mariage avec la princesse Diana, qui lui a fait un tort considérable dans les années 1990, et son remariage avec Camilla.

Comme on le voit dans l'archive en tête de cet article, à l'occasion de son 30e anniversaire, le portrait qui était fait de lui indiquait déjà qu'un jour, il prendrait le nom de Charles III. Mais à cette époque-là, l'important était notamment de trouver une épouse à ce prince que l'on disait «charmeur» et «romantique incurable». Lui-même disait ne pas savoir quel rôle il pourrait jouer dans la vie, alors que son éducation avait été un parcours du combattant, et qu'il avait fait tous les métiers et maîtrisait tous les sports. Et qu'il savait rire de lui-même.

Aujourd'hui, ce vieil aristocrate dandy qui aime les costumes croisés est moins populaire que sa mère, même s'il était devenu beaucoup plus présent ces derniers mois, la remplaçant. Est-ce son âge, sa gaucherie, ou ses passions trop bavardes jugée parfois à la limite de l'ingérence politique ? Il n'était qu'à 56% d'opinions favorables dans un récent sondage YouGov en mai, loin derrière la reine (81%), son fils le prince William (77%) sa belle-fille Kate Middleton ou sa soeur la princesse Anne. Camilla plafonnait à 48% d'opinions positives.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.