Aller au contenu principal
Droit à mourir : le long combat d'Alain Cocq

Droit à mourir : le long combat d'Alain Cocq

L’Assemblée nationale examine un projet de loi sur la fin de vie, qui devrait ouvrir la possibilité de demander une aide à mourir sous certaines conditions. Le droit au suicide assisté, c’était le combat d’Alain Cocq, atteint d’une maladie orpheline incurable.

Par Clara De Antoni - Publié le 27.05.2024
Droit à mourir, le long combat d'Alain Cocq - 2024 - 00:00 - vidéo
 

Alain Cocq a été une figure de la lutte pour le droit à mourir dans la dignité. Atteint d’une maladie orpheline incurable, il a milité dans les années 90 pour la cause des handicapés.

Au fil des années, son état de santé s'est dégradé. Alors, le 20 juillet 2020, il demande à Emmanuel Macron de l’aider à abréger ses souffrances. Mais le président refuse.

En France, c’est la loi Claeys-Leonetti qui régit la fin de vie. Elle n’autorise la sédation profonde que pour les personnes dont le pronostic vital est engagé à court terme. Ce qui, selon les médecins, n’était pas le cas d’Alain Cocq.

Faute de pouvoir obtenir une aide à mourir, il tente à deux reprises, en septembre puis octobre 2020, de cesser de s’alimenter et de s’hydrater. Mais ses deux tentatives n’aboutissent pas.

C’est finalement un an plus tard, en Suisse, qu’Alain Cocq terminera ses jours, par suicide assisté.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.