Aller au contenu principal
A Saint-Avold, l'une des dernières centrales à charbon de France

A Saint-Avold, l'une des dernières centrales à charbon de France

C’était l’une des deux dernières centrales à charbon en fonction en France. La centrale de Saint-Avold en Moselle avait fermé ses portes en mars 2022. Mais le gouvernement n'exclut plus son redémarrage l’hiver prochain à cause des déboires du nucléaire et des pénuries de gaz russe. Cette centrale thermique, aussi connue sous le nom d’Emile Huchet, produisait de l’électricité grâce au charbon depuis 1951.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 31.03.2022 - Mis à jour le 08.07.2022
 

Emmanuel Macron l’avait annoncé en 2017 : d’ici 2022, les dernières centrales à charbon en France doivent fermer [même si la centrale de Cordemais, en Loire-Atlantique, a obtenu en 2021 un délai supplémentaire, jusqu'en 2024]. Parmi elles, la centrale Emile Huchet, située sur les communes de Saint-Avold et de Carling en Moselle. Elle devait éteindre ses chaudières le jeudi 31 mars 2022, après 71 ans d’existence, mais face au risque de blackout cet hiver, le gouvernement envisage de reporter sa fermeture d'un an.

Le 5 janvier 1950, c'est ainsi que le journaliste des « Actualités françaises » présentait le site : « La nouvelle centrale minière de Carling sera la plus importante d’Europe. Elle produira chaque année plus de 2 milliards de kilowatteurs. Cette nouvelle victoire de la technique française contribuera au relèvement de l’économie nationale. »

Depuis 1951, la centrale produisait de l’électricité grâce au charbon. A l’époque, c’était l’une des plus importantes centrales thermiques du bassin houiller lorrain. Des ouvriers de toute nationalité venaient y travailler. Partout autour, des logements sont construits pour les ouvriers et leur famille. 

A partir des années 80, extraire du charbon en France devient plus difficile. Et en importer de l’étranger est moins cher ! Mauvaise période donc pour le secteur du charbon, mais ça n’impacte pas la centrale de Saint-Avold. En 1981, elle s’agrandit même un peu plus avec l’ouverture d’une nouvelle tranche. 

Et ce n'est pas fini. Dans les années 2000, même si le charbon n’est plus l’énergie de demain, la centrale s’agrandit encore. Elle prend un nouveau virage, moins polluant que le charbon : le gaz, comme l'explique Germain Grandjean, directeur de la centrale thermique de Saint-Avold : « La production d’énergie par le gaz produit beaucoup moins de polluants, pas de poussières, pas de souffre, et très peu d’oxyde d’azote. »

Deux nouvelles tranches au gaz sont construites en 2010. Sept  ans plus tard, en 2017, le président Emmanuel Macron annonce vouloir fermer les centrales à charbon en France, pour des raisons écologiques, ce qui provoque la colère des salariés de la centrale.

La centrale à charbon de Saint-Avold devrait à l'avenir se reconvertir dans l’hydrogène. Deux autres centrales à charbon, au Havre (Seine-Maritime) et à Gardanne-Meyreuil (Bouches-du-Rhône), sont elles déjà définitivement fermées. reste celle de Cordemais (Pays de la Loire), dont la fermeture est programmée entre 2024 et 2026. 

Pour les créateurs de contenus

Vous souhaitez créer des contenus à propos des centrales à charbon ? Un dossier de clips est disponible sur mediaclip, notre offre réservée aux professionnels des médias et de la création.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.