Aller au contenu principal
6 février 1919, les débuts de la Constituante de Weimar

6 février 1919, les débuts de la Constituante de Weimar

Le 6 février 1919, les députés élus quelques semaines auparavant siégeaient pour la première fois dans la ville de Weimar. Ils avaient pour but de rédiger la Constitution de la nouvelle République. Retour sur les débuts d'une République née sous les décombres de la défaite de novembre 1918.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 05.02.2019 - Mis à jour le 06.02.2019

6 février 1919, les débuts de la Constituante de Weimar

Le 6 février 1919, les députés élus quelques semaines auparavant siégeaient pour la première fois dans la ville de Weimar. Ils avaient pour but de rédiger la Constitution de la nouvelle République. Retour sur les débuts d'une République née sous les décombres de la défaite de novembre 1918.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 05.02.2019 - Mis à jour le 06.02.2019
Création de la République - 2011 - 03:31 - audio
 
Création de la République - 2011 - 03:31 - audio
Pour comprendre les débuts de la République de Weimar, il faut remonter au 9 novembre 1918. Ce jour-là, deux jours avant l'armistice qui acte la défaite de l'Allemagne, l'empereur Guillaume II abdique, et la République est proclamée par Philipp Scheidemann au balcon du Reichstag. L'état-major, dirigé par Hindenburg et Ludendorff, fait dès lors reposer la responsabilité de la défaite allemande sur cette jeune République...

La République est proclamée, et le personnel politique qui la sert est majoritairement issu du SPD, ce grand parti social démocrate qui fournit la majorité du Parlement sortant. Mais pour asseoir la légalité de la République dans une Allemagne jusqu'alors impériale, il faut que le pays se dote d'une nouvelle Constitution. Des élections ont lieu le 19 janvier 1919. Le SPD conforte ses résultats de 1912, en emportant 37% des suffrages. Mais la situation dans le pays est catastrophique.

Dès 1917, une scission s'était opérée au sein du SPD entre un courant majoritaire et une minorité spartakiste, opposée à la poursuite de la guerre et prônant une pratique révolutionnaire inspirée des événements soviétiques. A la fin de la guerre, de nombreux soldats, exaspérés par des actions militaires inutiles et conduites "pour l'honneur", se mutinent. La révolution éclate à Berlin le 9 novembre, entraînant l'abdication de l'empereur.

Dès lors, la course est lancée entre les deux courants de gauche, la SPD et les Spartakistes. Philipp Scheidemann est le premier à proclamer la République, en début d'après-midi. Deux heures plus tard, son concurrent spartakiste Karl Liebknecht hisse quant à lui le drapeau rouge de la Révolution au balcon du palais impérial de Berlin. Les Spartakistes refusent aux sociaux démocrates la conduite de l'Etat et sont dans la rue pour mener la Révolution. 

La Révolution spartakiste est finalement réprimée par le gouvernement et son chancelier, le social démocrate Friedrich Ebert. Du 5 au 12 janvier, c'est la "semaine sanglante" qui voit l'élimination physique des principaux leaders révolutionnaires, Karl Liebknecht et Rosa Luxembourg, par des corps francs le plus souvent constitués d'anciens soldats démobilisés.

Les élections qui se tiennent quelques jours plus tard, le 19 janvier, actent donc de l'assiste électorale du SPD, qui formera dès lors une coalition électorale avec le Zentrum et le Parti démocrate, les partis arrivés respectivement en deuxième et troisième position.

L'assemblée élue siège pour la première fois à Weimar, ville éloignée des troubles berlinois, le 6 février 1919. La nouvelle Constitution sera promulguée le 11 août 1919. Pour la première fois dans l'histoire allemande, et bien avant la France, des femmes sont élues dau Parlement. 


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.