Aller au contenu principal
28 mai 1979, la Grèce rejoint l'Europe

28 mai 1979, la Grèce rejoint l'Europe

Le 28 mai 1979, la Grèce signe le traité d'adhésion à la Communauté européenne, devenant ainsi le dixième état de la CEE. Son entrée devient effective au 1er janvier 1981. Retour sur une intégration qui doit beaucoup à la France...


Par la rédaction de l'INA - Publié le 27.05.2019 - Mis à jour le 28.05.2019

28 mai 1979, la Grèce rejoint l'Europe

Le 28 mai 1979, la Grèce signe le traité d'adhésion à la Communauté européenne, devenant ainsi le dixième état de la CEE. Son entrée devient effective au 1er janvier 1981. Retour sur une intégration qui doit beaucoup à la France...


Par la rédaction de l'INA - Publié le 27.05.2019 - Mis à jour le 28.05.2019
Grèce dans la CEE - 1979 - 01:28 - vidéo
 
Grèce dans la CEE - 1979 - 01:28 - vidéo
Le 28 mai 1979, la Grèce signe le traité d'adhésion à la Communauté européenne, devenant ainsi le dixième état de la CEE. Son entrée devient effective au 1er janvier 1981. La Grèce et l'Europe, c'est en fait une bien plus vieille histoire.

Dès 1961, alors que la Communauté européenne ne compte que six membres et n'existe que depuis quatre ans, la Grèce signe un traité d'association à la Communauté, prélude à une future adhésion. Dès lors, son destin européen est reconnu par une Europe des six fortement marquée par son caractère occidental. Mais le processus prendra bien plus de temps que prévu. En avril 1967, les chars imposent la dictature à Athènes, pendant 7 longues années.

Avec la crise chypriote de l'été 1974, la dictature grecque tombe et la démocratie est rétablie. Le nouveau Premier ministre, Constantin Caramanlis, de retour de France où il a passé les années de dictature en exil, est accueilli triomphalement à Athènes. Dès 1975, la Grèce pose à nouveau sa candidature, qui est accueillie favorablement par les neuf (entre-temps le Royaume-Uni, le Danemark et l'Irlande ont intégré à leur tour la CEE), et principalement par la France du Président Giscard d'Estaing. La commission et l'Allemagne, seront quant à elles, plus réservées quant aux capacités économiques d'un petit pays encore largement agricole. 

Le premier Ministre grec, Constantin Caramanlis, signe le traité d'adhésion de la Grèce à la Communauté Européenne, le 28 mai 1979 à Athènes. Le traité prendra réellement effet le 1er janvier 1981. GEORGES BENDRIHEM / AFP

Economiquement, la Grèce ne pèse en effet pas bien lourd face aux solides et diversifiées économies de l'Ouest. La seule concurrence à craindre pour la France et ses partenaires relève du domaine agricole. Mais pour l'Europe, et donc pour la France, c'est surtout le volet politique et géopolitique qui motive le rattachement de la Grèce à l'Europe. Après sept ans de dictature et une situation hautement instable à Chypre entre la Grèce et la Turquie, l'adhésion de la Grèce à l'Europe doit permettre la stabilisation démocratique du pays.

En outre, pour Giscard d'Estaing, l'adhésion de la Grèce, en permettant le rattachement d'un pays méditerranéen, ancêtre de la culture européenne classique, doit permettre un rééquilibrage de l'Europe vers le Sud. Ce mouvement d'ouverture vers la Méditerranée se poursuivra en 1985 avec l'adhésion de l'Espagne et du Portugal, pays eux aussi délivrés depuis peu du joug dictatorial.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.