Aller au contenu principal
28 avril 2002 : la gauche appelle les Français à faire barrage au FN

28 avril 2002 : la gauche appelle les Français à faire barrage au FN

En mars 2021, des électeurs de gauche déclaraient qu'ils ne voteraient pas pour Emmanuel Macron en 2022 pour faire barrage au FN. Comme un refus de répéter le geste barrage apparu en avril 2002.

 

Par la rédaction de l'INA - Publié le 01.03.2021 - Mis à jour le 05.04.2022
Manifestation anti Front National à Paris - 2002 - 01:27 - vidéo
 

Le 28 février 2021, la une de Libération renvoyait dos à dos Marine Le Pen et Emmanuel Macron avec ce titre : «2022 : j'ai déjà fait barrage, cette fois ça suffit...». Derrière cette une, le journal publiait des témoignages d'électeurs de gauche qui assuraient qu'en 2022, il n'avaient plus l'intention de faire barrage au RN, si la seule offre électorale était un duel Marine Le Pen-Emmanuel Macron. Depuis avril 2002, il est devenu habituel de voter contre des idées du FN, même au prix de faire élire un candidat ne répondant pas à ses aspirations. Un consensus né en avril 2002, entre les deux tours de l'élection opposant Jacques Chirac à Jean-Marie Le Pen.

                                                                                                                                           2002                                                                         2022

Le 28 avril 2002, en effet, d'énormes manifestations anti-FN avait été organisées partout en France et à Paris. Un appel à boycotter le FN et à voter «utile» avait été relayé par la presse, notamment Libération et par les partis politiques de gauche.

A l'époque, l'heure était globalement à l'unité sauf pour un parti, Lutte ouvrière, mené par Arlette Laguiller.  «Je n'appelle pas d'abord à voter Le Pen, surtout et je demande aux travailleurs qui l'ont fait au premier tour de ne pas le faire au deuxième. Ensuite, je n'appelle pas à voter Chirac et je demande à mes camarades, à ceux qui me font confiance, et bien de voter blanc ou nul dans cette élection», déclarait-elle.

Le reste de la gauche affichait sa détermination à faire barrage à Jean-Marie Le Pen. Bertrand Delanoë maire socialiste de Paris confirmait qu'il appelait à voter Jacques Chirac malgré les risques d'impopularité : «Vous savez qu'il peut m'en coûter cher comme maire de Paris, mais ce n'est pas le moment de penser à ce qui coûte, c'est le moment de penser à la démocratie, à mon pays».

Même discours chez Jean-Luc Mélenchon alors membre du Parti socialiste : «Le 5 mai, il ne faut pas hésiter. Alors mettez des gants, des pinces ou ce que vous voulez mais votez, abaissez le plus bas possible Le Pen !».

«Le racisme est un affront national»

Dans le cortège de la Ligue Communiste Révolutionnaire, avec en tête Alain  Krivine, les pancartes parlaient d'elles-mêmes : «le racisme est un affront national.» Dans la foule une manifestante brandissait fièrement la une de Libération datée du 22 avril titrée «NON» sur la photo du leader du FN.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.