Aller au contenu principal
«Incompréhension» et «indignation» après le vol d'un Banksy au Bataclan

«Incompréhension» et «indignation» après le vol d'un Banksy au Bataclan

Les huit suspects du vol d'une oeuvre du street artiste Banksy au Bataclan sont jugés depuis le 8 juin. Retour sur ce fait-divers qui a choqué au-delà du milieu de l'art pour sa forte charge symbolique, l'oeuvre étant un hommage de l'artiste aux victimes des attentats du 13 novembre 2015.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 04.04.2022 - Mis à jour le 10.06.2022
Vol de l'oeuvre de Banksy au Bataclan - 2019 - 02:12 - vidéo
 

Les huit suspects du vol, dans la nuit du 25 au 26 janvier 2019, d'une porte du Bataclan, décorée d'un dessin attribué à Banksy en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015, sont jugés depuis le 8 juin à Paris. La porte avec le dessin figurant une petite fille triste avait été retrouvée dans une ferme des Abruzzes, en Italie.

Deux jours après le vol, le journal télévisé de France 3 consacrait un reportage à cette œuvre d’art à la forte charge symbolique. Nicolas Laugero Lasserre, spécialiste de treet art, s’étonne qu’un vol de cette nature puisse avoir lieu, étant donné la nature spéciale de l’œuvre, « absolument invendable. Parce qu’elle est très connue, qu’elle s’est propagée dans le monde entier sur les réseaux sociaux, personne, aucune maison de vente ne peut demain, dans les décennies qui viennent, la vendre, ou l’exposer, ça rend les choses assez incompréhensibles  ».

A côté de « l’incompréhension, de l’indignation qui ont gagné le milieu du street art » et du « dégoût » exprimé par les victimes et par le personnel du Bataclan, se pose aussi la question de la propriété intellectuelle de l’œuvre. Selon Maître Olivier de Baecque, avocat, expert en droit de l’art, la propriété intellectuelle appartient à Banksy, pas au Bataclan. : « [Banksy] a conçu l’œuvre pour qu’elle soit à cet endroit-là, et dans le cadre du droit d’auteur, il y a ce qu’on appelle le droit moral, et en particulier le droit à l’intégrité de l’œuvre, c’est-à-dire le droit que l’œuvre soit montrée comme il a entendu qu’elle soit faite. Donc c’est à cet endroit-là et pas ailleurs. Banksy peut donc très bien interdire que l’œuvre soit montrée ailleurs. »

C’est en novembre 2019, un peu moins d’un an après le vol, que les enquêteurs vont trouver la piste de délinquants de droit commun originaires d’Isère. Pour enfin, déboucher, en juin 2020 sur l’œuvre d’art dans une ferme des Abruzzes. Presque tous les suspects seront appréhendés en juin 2020. Le dernier le sera en mars 2021.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.