Aller au contenu principal
2017 : la folle histoire du "Salvator Mundi", chef-d'oeuvre controversé

2017 : la folle histoire du "Salvator Mundi", chef-d'oeuvre controversé

France 5 diffusait le 13 avril "Salvator Mundi : la stupéfiante affaire du dernier Vinci". Un documentaire consacré au tableau attribué à Leonard de Vinci, vendu 450 000 millions de dollars en 2017. A cette occasion, France 2 évoquait la controverse sur son origine. 


Par la rédaction de l'INA - Publié le 13.04.2021 - Mis à jour le 14.04.2021

2017 : la folle histoire du "Salvator Mundi", chef-d'oeuvre controversé

France 5 diffusait le 13 avril "Salvator Mundi : la stupéfiante affaire du dernier Vinci". Un documentaire consacré au tableau attribué à Leonard de Vinci, vendu 450 000 millions de dollars en 2017. A cette occasion, France 2 évoquait la controverse sur son origine. 


Par la rédaction de l'INA - Publié le 13.04.2021 - Mis à jour le 14.04.2021
 
France 5 diffusait mardi 13 avril "Salvator Mundi : la stupéfiante affaire du dernier Vinci". Un documentaire consacré au tableau attribué à Léonard de Vinci, vendu 450 000 millions de dollars en 2017. A cette occasion, le JT de France 2 revenait sur une oeuvre controversée... 

C'est une véritable affaire mêlant histoire de l'art et géopolitique que relance depuis quelques jours l'annonce de la diffusion par France 5 du documentaire d’Antoine Vitkine, "Salvator Mundi : la stupéfiante affaire du dernier Vinci". Le film avance en effet la thèse que ce tableau, peint en 1500 et attribué au début des années 2010 à Léonard de Vinci, pour être vendu la somme astronomique de 450 000 millions de dollars aux enchères en 2017, ne serait pas de la main du maître, mais seulement de ses élèves. Léonard de Vinci, n'y aurait apporté que sa « contribution ». 

L'expertise du Louvre, réalisée en 2018 au sein de son laboratoire C2RMF, est au coeur de la controverse. Le film avance que le laboratoire a bien conclut à la seule « contribution » de Vinci à cette toile de son atelier. Mais ces derniers jours, des articles de presse, anglo-saxons et français, avancent qu'au contraire Le Louvre avait bien validé l'authenticité de la paternité de Vinci à ce tableau. 

Selon le journal "Le Monde", « le Louvre se refuse à confirmer ou à infirmer les informations de presse, invoquant l’interdiction de discuter de l’authenticité d’une œuvre qui n’a pas été exposée en son sein ». La toile aurait en effet due être exposée en 2019-2020 dans le plus grand musée du monde à l'occasion de la rétrospective consacrée à Léonard de Vinci. Mais un désaccord entre le musée parisien et les propriétaires saoudiens (très probablement le prince héritier du royaume, Mohammed Ben Salmane) sur l'emplacement du tableau dans l'exposition a finalement empêché le prêt à la France.

En 2017, à l'occasion de la vente record de l'oeuvre, France 2 retraçait l'histoire étonnante du "Salvator Mundi", peint en 1500, acquis par le roi Charles Ier d'Angleterre, tombé dans l'oubli pour réapparaître en 1958 où un anonyme l'achète pour seulement 50 euros. En 2005, le tableau attire l'oeil de Robert Simon, un marchand new yorkais, qui l'achète pour moins de 10 000 dollars, l'authentifie après plusieurs années auprès de spécialistes, notamment du Metropolitan Museum, comme étant de la main de Léonard de Vinci. 

Robert Simon le vend en 2013 pour 83 millions de dollars à Yves Bouvier, un marchand d'art suisse, qui le revend quelques jours plus tard 127 millions de dollars à un oligarque russe, qui le revendra à son tour 450 millions de dollars, en 2017. 


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.