Aller au contenu principal
2015 : reportage au cœur des tranchées de la guerre du Donbass

2015 : reportage au cœur des tranchées de la guerre du Donbass

Dans un discours retransmis sur Telegram, lundi 18 avril, le président Volodymyr Zelensky a annoncé le début de l'offensive russe sur le Donbass. Désormais la cible prioritaire de l'armée russe après son premier revers à conquérir Kiev et l'intégralité de l'Ukraine, le Donbass, région industrielle et stratégique frontalière de la Russie, est en conflit depuis 2014.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 22.02.2022 - Mis à jour le 19.04.2022
Ukraine-Situation à l'est - 2015 - 02:48 - vidéo
 

« Nous pouvons maintenant affirmer que les troupes russes ont commencé la bataille pour le Donbass, pour laquelle ils se préparent depuis longtemps. Une très grande partie de l'ensemble de l'armée russe est désormais consacrée à cette offensive », a déclaré lundi 18 avril le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans un discours retransmis sur Telegram. 

Depuis que les troupes russes ont opéré leur retrait des environs de Kiev, début avril, afin de se repositionner à l'est du pays en prévision de la conquête totale du Donbass, les autorités ukrainiennes se préparent à un combat de haute intensité contre une armée russe acculée par le président Vladimir Poutine à une victoire rapide à présenter aux Russes pour la fête du 9 mai, commémorant la victoire sur le nazisme en 1945. En prévision de l'intensification des combats dans une région déjà meurtrie par 8 années de conflit fratricide entre Kiev et les républiques séparatistes, soutenues et armées par la Russie, de Donetsk et Louhansk, la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk a lancé depuis Kiev mercredi 6 avril un appel aux habitants de l'est du pays à évacuer la région «immédiatement». 

C’est au printemps 2014 qu’éclate la guerre du Donbass, région de l’est de l’Ukraine frontalière de la Russie. Depuis l'invasion russe de l'Ukraine, le 24 février 2022, cette région russophone est toujours âprement disputée entre armée ukrainienne et armée russe. Un mois plus tard, le le 25 mars, le ministère de la Défense russe a indiqué  que son armée allait désormais se concentrer sur une libération « complète» de la région du Donbass, précisant qu'il s'agissait d'une des options de départ de leur « opération spéciale », l'autre étant la conquête de l'ensemble de l'Ukraine, a rapporté l'agence russe Interfax. 

Si l'armée russe fait mention du terme de libération « complète », c'est que pour elle, le territoire est déjà à moitié entre ses mains, depuis qu'en 2014 les territoires autour des villes de Donetsk et Louhansk ont fait sécession du pouvoir de central de Kiev. Pour bien comprendre, il faut revenir au lendemain de la révolution de l'Euromaïdan

Début avril 2014, en réaction aux manifestations de la place Maïdan, à Kiev, commencées en novembre 2013 et qui aboutissent en février 2014, après une sanglante tentative de dispersion des manifestants par le pouvoir, au renversement et la fuite du président ukrainien pro-russe Viktor Ianoukovytch, la situation dégénère dans l’est du pays, et notamment dans les villes de Donetsk et de Louhansk. Dans cette région majoritairement russophone, des manifestants n’acceptent pas le changement de pouvoir à Kiev. Aidés par la Russie, qui vient d’annexer la Crimée au mois de mars, ces insurgés déclarent unilatéralement la République populaire de Donetsk le 7 avril 2014 puis la République populaire de Lougansk le 11 mai 2014 et prennent le contrôle des bâtiments officiels et des administrations.

Ligne de front

Kiev envoie alors l’armée rétablir l’ordre : les combats font rage tout l’été, puis se stabilisent des deux côtés d’une ligne de front qui sépare la région du Donbass en deux. L’Est, avec les républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, aux mains des séparatistes pro-russes. L’ouest du Donbass, avec notamment, au sud, la grande ville portuaire de Marioupol, reste aux mains de l’Etat ukrainien.

Après un premier cessez-le-feu non respecté signé en septembre 2014, les accords dits de Minsk II, signés en février 2015 entre les deux parties après la réunion dans la capitale biélorusse de Vladimir Poutine, Petro Porochenko (le président ukrainien élu en juin 2014 après la révolution de Maïdan), François Hollande et Angela Merkel, permettent la stabilisation du conflit, qui baisse en intensité.

Guerre de tranchées

Quelques mois plus tard, un reportage sur le front de France 2 illustre cette situation d’une guerre qui ne dit plus son nom, mais qui est toujours bien présente, avec ses tranchées, ses tirs de sniper, ses morts. Le sujet, diffusé le 3 octobre 2015, suit quelques soldats ukrainiens dans la localité de Mariinka, sur le front. Les hommes, pour la plupart des volontaires, ne sont « qu’à 500 mètres des lignes ennemies », mais ils ont « ordre de ne pas tirer ». De l’autre côté, le cessez-le-feu semble moins respecté. Vladimir Yakouchev, porte-parole de la 14e brigade de l’armée ukrainienne, confie : « Les cessez-le-feu ici n’ont pratiquement aucune valeur. La journée, c’est vrai, il ne se passe pas grand-chose. Ceux d’en face craignent sans doute qu’il y ait des observateurs internationaux. Mais dès que la nuit tombe, ils nous tirent dessus ! »

Après 18 mois de guerre, le conflit du Donbass a alors déjà fait, selon le reportage, « près de 7000 morts ». Aujourd’hui, près de 8 ans après le déclenchement des hostilités, la guerre aurait fait, selon les chiffres du HCR rapportés par Courrier International en juillet 2021 entre « 13 200 à 13 400 morts (au moins 3 901 civils, près de 4 200 soldats ukrainiens et environ 5 800 membres des groupes armés) », et « 29 600 à 33 600 blessés (7000 à 9 000 civils, 9 800 à 10 800 soldats ukrainiens et 12 800 à 13 800 membres des groupes armés) ».

Lundi 21 février 2022, le président russe décidait de reconnaître l'indépendance des deux républiques pro-russes du Donbass. Le 24 février, il lançait son armée à l'attaque de toute l'Ukraine. Après un mois de lourds combats et une stabilisation des différents fronts depuis plusieurs jours, l'armée russe semble donc vouloir se concentrer sur la prise totale de la région du Donbass. 

Pour les créateurs de contenus

Vous souhaitez créer des contenus sur la région du Donbass et le conflit qui l'anime depuis 2014 ? Un dossier de clips est disponible sur mediaclip, notre offre réservée aux professionnels des médias et de la création.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.