Aller au contenu principal
2013, 17 départements lançaient la chasse au moustique tigre

2013, 17 départements lançaient la chasse au moustique tigre

Le moustique n'en finit plus de coloniser la France, à tel point que l'Assemblée nationale auditionne des scientifiques et des responsables de santé publique sur la manière de contenir l'invasion. En 2013, certaines régions du sud de la France lui menaient déjà la guerre.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 15.06.2020 - Mis à jour le 15.06.2020

2013, 17 départements lançaient la chasse au moustique tigre

Le moustique n'en finit plus de coloniser la France, à tel point que l'Assemblée nationale auditionne des scientifiques et des responsables de santé publique sur la manière de contenir l'invasion. En 2013, certaines régions du sud de la France lui menaient déjà la guerre.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 15.06.2020 - Mis à jour le 15.06.2020
 

Le Aedes albopictus, plus communément appelé "moustique tigre" est arrivé en métropole en 2004. Ce moustique originaire d’Asie inquiète car il est le vecteur de maladies telles que la dengue, le chikungunya ou le zika. Parti des Alpes-Maritimes, il a colonisé les départements du sud du pays avant de gagner l’Île-de-France et le nord-est.

En 2013, l'affreux suceur de sang était présent dans 17 départements français. Une campagne d'information était alors organisée pour mieux le combattre. Ce reportage diffusé dans le 13h00 de France 2 du 3 mai 2013 nous emmenait dans l'Hérault, aux environs de Montpellier, où des pièges avaient été posés.

Une expansion déjà inquiétante comme le soulignait Elise Lucet dans son lancement : "et c'est frappant, l'insecte envahit des zones de plus en plus vastes. Il est maintenant présent dans 17 départements du sud de la France. Si on le combat, c'est qu'il est vecteur de maladies tropicales comme la dengue et le chikungunya. Alors, une vaste campagne d'information est organisée pour que tous les particuliers prennent leurs précautions. Reportage dans l'Hérault, aux environs de Montpellier, où des pièges ont été posés."

Le premier geste à réaliser est simple mais méconnu, "vider les eaux stagnantes autour de chez soi". Des professionnels se rendent chez les particuliers pour leur apprendre les gestes efficaces, comme Jean-Baptiste Ferré (entomologiste à l'EID) expliquant la manière de piéger les moustiques, "soit vous enlevez les coupelles parce que vous n'avez pas de voisins à protéger en dessous… soit vous mettez du sable à l'intérieur de la coupelle, comme ça il n'y aura jamais d'eau libre."

Le Aedes albopictus, ou moustique tigre

A l'époque, le moustique zébré de blanc et de noir a déjà pris ses marques dans le Sud-Est depuis huit ans (2005). Pour localiser l'insecte, les entomologistes déposent de petits cubes de polystyrène dans l'eau, la femelle viendra y pondre ses œufs. "Elles pondent leurs œufs, à l'interface de l'air et de l'eau, explique Jean-Baptiste Ferré, donc typiquement elles vont pondre à la surface du polystyrène, ce qui nous permet de revenir tous les mois. On récupère les carrés, on les mène au laboratoire et on identifie les espèces de moustiques qu'on trouve dessus".

Les larves, plus grosses et de couleur noires sont localisées. L'objectif de cette surveillance de sept mois, "représenter les zones colonisées par l'insecte vecteur de la dengue et du chikungunya", c'est ce que précise Didier Moulis, directeur technique à l'EID : "on a une cartographie des départements qui sont supposés être colonisés par ce moustique et sur lesquels une vigilance particulière doit être réalisée."

A l'époque, 17 départements étaient colonisés. En 2019, l' Aedes albopictus était désormais implanté dans 58 départements contre 51 l’année précédente.

Pour aller plus loin

D'autres vidéos sur le moustique tigre 

13 heures de France 2 : destruction de larves de moustiques tigre sur la Côte d'Azur. C'est un moustique très agressif qui peut parfois être porteur de virus, comme le chikungunya à la Réunion... On le trouve désormais sur la Côte d'Azur depuis 2004... Il a été introduit vers Nice et cause de plus en plus de dégâts (20 mars 2007)


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.