Aller au contenu principal
2012, coup d'Etat au Mali

2012, coup d'Etat au Mali

Le président du Mali Ibrahim Boubacar Keïta a été renversé par un coup d'Etat, mardi 18 août. Dans une allocution depuis le camp militaire de Kati, le président a déclaré quitter ses fonctions. C'est depuis ce même endroit qu'éclatait une mutinerie menant au coup d'Etat militaire de 2012.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 19.08.2020 - Mis à jour le 19.08.2020

2012, coup d'Etat au Mali

Le président du Mali Ibrahim Boubacar Keïta a été renversé par un coup d'Etat, mardi 18 août. Dans une allocution depuis le camp militaire de Kati, le président a déclaré quitter ses fonctions. C'est depuis ce même endroit qu'éclatait une mutinerie menant au coup d'Etat militaire de 2012.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 19.08.2020 - Mis à jour le 19.08.2020
Coup d'Etat au Mali - 2012 - 01:43 - vidéo
 
Coup d'Etat au Mali - 2012 - 01:43 - vidéo
Le président du Mali Ibrahim Boubacar Keïta a été renversé par un coup d'Etat ce mardi 18 août, dans une ambiance de liesse populaire. Dans une allocution depuis le camp militaire de Kati où il a été conduit par les putschistes, le président a accepté le fait accompli et a déclaré quitter ses fonctions en conséquence, souhaitant « qu'aucun sang ne soit versé ». C'est depuis ce même camp, situé au nord-ouest de Bamako, que la mutinerie menant au dernier coup d'Etat militaire, en 2012, avait eue lieu. 

Le 21 mars 2012, alors que le pays fait face depuis le début de l'année à une importante rébellion Touareg au nord du pays, une insurrection éclate dans le camp militaire de Kati, où les mutins s'emparent d'armes puis se rendent à Bamako, la capitale, et attaquent le palais présidentiel.

Le pays est alors dirigé par Amadou Toumani Trouré, président démocratiquement élu en 2002 puis réélu en 2007. Son deuxième mandat qui se termine alors (il ne lui reste plus que deux mois à la Présidence et il a annoncé ne pas briguer de troisième mandat) est pourtant jugé positivement par les partis politiques et la population qui louent son sens du consensus et son respect du processus démocratique. Le commentaire journalistique le qualifie même d'un des dirigeants les « plus démocrates d'Afrique ».

Le 21 mars au soir, les militaires diffusent une allocution télévisée pour expliquer leurs « motivations ». Le lieutenant Amadou Konaré déclare ainsi « vouloir mettre fin au régime incompétent et désavoué de M. Amadou Toumani Trouré ». Mais c'est bien la fébrilité de l'armée malienne face à la double menace Touareg, mais aussi celle de Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique), qui retient alors 6 Français en otage dans le nord du pays, qui explique ce putsch. 

Après s'être enfui du palais présidentiel, Amadou Toumani Trouré gagne le Sénégal voisin, d'où il annonce officiellement le 8 avril sa démission. 

Le 15 janvier 2013, devant l'offensive toujours plus menaçante des Islamistes qui ont pris le contrôle du nord du pays et se rapprochent dangereusement de Bamako, François Hollande décide d'engager la France aux côtés des forces maliennes pour sécuriser la capitale : c'est l'opération Serval. 


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.