Aller au contenu principal
2011 : la première crise entre Viktor Orban et l'Union européenne

2011 : la première crise entre Viktor Orban et l'Union européenne

Marine Le Pen rencontre mardi 26 octobre à Budapest le dirigeant ultraconservateur hongrois Viktor Orban. Ce dernier multiplie les conflits avec Bruxelles.

 

Par la rédaction de l'INA - Publié le 12.09.2018 - Mis à jour le 12.09.2018
Portrait de Viktor Orban - 2011 - 01:20 - vidéo
 

Marine Le Pen rencontre mardi 26 octobre à Budapest le dirigeant ultraconservateur hongrois Viktor Orban, une manière de montrer qu'elle compte en Europe. Cette rencontre à Budapest a été convenue, selon Marine Le Pen, après la publication, en juillet, d'une "déclaration commune" entre la candidate du RN et une quinzaine d'alliés en Europe, dont Viktor Orban, en vue d'une alliance au Parlement européen pour "réformer l'Europe".

Dès son retour au pouvoir, le 29 mai 2010 (après avoir déjà gouverné le pays entre 1998 et 2002), Viktor Orban a inquiété l'Union européenne, dont la Hongrie est membre depuis 2004. A l'époque, son projet de loi sur l'organisation des médias prévoyait un contrôle accru de l'Etat sur l'information, imposant aux journalistes de révéler leurs sources lorsqu'il s'agit de la "sécurité de l'Etat", et menaçant la presse de lourdes sanctions économiques "pour des chaines de télévision qui auraient porté atteinte à l'intérêt public".

En janvier 2011, lorsque la Hongrie prenait la présidence tournante de l'Union européenne pour six mois, il se retrouvait de fait à la tête d'une institution dont les valeurs sont en contradiction avec sa tentative de contrôler les médias de son pays.

Son premier discours au sein du Parlement européen est donc houleux. Il est notamment apostrophé par Daniel Cohn-Bendit, qui le compare à un "Chavez européen" et par Martin Schulz, le Président du groupe PSE, qui lui fait remarquer qu'en démocratie, "ce sont les médias qui contrôlent le gouvernement, pas le gouvernement qui contrôle les médias". 

Aujourd'hui encore, Viktor Orban multiplie les critiques envers Bruxelles. Dernière en date : fin octobre 2021. "L'Union européenne nous parle et se comporte avec nous et les Polonais comme des ennemis", a-t-il lancé, devant une foule de sympathisants, massés pour un rassemblement à l'occasion de la fête nationale qui commémore le soulèvement de la Hongrie contre l'URSS en 1956. "Bruxelles ferait bien de comprendre que même les communistes n'ont pas réussi à nous avoir. Nous sommes le David que Goliath ferait mieux d'éviter", a-t-il ajouté, affichant son soutien à Varsovie dans le conflit qui l'oppose à Bruxelles sur l'indépendance des tribunaux et la primauté du droit européen. 

Le dirigeant souverainiste de 58 ans a été au pouvoir de 1998 à 2002 et il l'est sans discontinuer depuis 2010.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.