Aller au contenu principal
2009, la transsexualité n'est plus classée maladie mentale en France

2009, la transsexualité n'est plus classée maladie mentale en France

Les transsexuels, une communauté souvent discriminée et qui, jusqu'en 2009, étaient considérés en France comme des malades mentaux.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 30.03.2021 - Mis à jour le 31.03.2021

2009, la transsexualité n'est plus classée maladie mentale en France

Les transsexuels, une communauté souvent discriminée et qui, jusqu'en 2009, étaient considérés en France comme des malades mentaux.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 30.03.2021 - Mis à jour le 31.03.2021
 
Cette année, comme chaque 31 mars, place à la Journée internationale qui célèbre la communauté transgenre, dite TDOV. Les transsexuels, une communauté souvent discriminée et qui, jusqu'en 2009, étaient considérés en France comme des malades mentaux.

17 mai 2009, à la veille de la première journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, la France annonce officiellement que la transsexualité ne sera plus classée comme une maladie mentale. C'est le premier pays au monde à légiférer dans ce sens. Une décision gouvernementale accueillie avec soulagement et qualifiée d'historique par les associations qui recensent alors 60 000 transsexuels dans l'Hexagone. Elle vient compléter le retrait de l'homosexualité des maladies mentales, 19 ans auparavant, jour pour jour.

Philippe Castel, de l'association LGBT Lesbiennes Gays Bisexuels et Transsexuels est heureux mais tempère la décision, "les personnes savent très bien qu'elles ne sont pas des malades mentaux. Là, ça a une portée symbolique, effectivement ça ne va pas au-delà". Il ajoute que pour les transsexuels, être reconnus socialement est difficile car pour changer de sexe administrativement, il leur faut aussi changer de sexe chirurgicalement. Or seules "30% des personnes Trans souhaitent avoir recours à l'opération. Il faut donc que pour la majorité de ceux qui ne veulent pas changer de sexe, cette opération soit seulement une possibilité et pas une obligation."

La première Journée internationale de visibilité transgenre (Trans Day of Visibility en anglais) date du 31 mars 2009. Son instigatrice, une militante transgenre, s'appelle Rachel Crandall, elle est originaire du Michigan. Avec cette Journée internationale de la visibilité transgenre, elle souhaitait célébrer les membres vivants de la communauté transgenre, pour une meilleure déconstruction des stéréotypes de genre.

Des transgenres se confient à la caméra :

Aujourd'hui magazine : Véronique et Martine, transsexuelles dans les années 70.  A visage caché, Véronique parle de son opération. Pour elle, il ne s'agit pas d'une transformation mais d'une régularisation car elle s'est toujours senti femme. Martine évoque ses difficultés dans le monde du travail. Depuis son opération, elle a dû changer de métier car le milieu dans lequel elle travaillait n'aurait pas accepté pas son changement de sexe. (27 septembre 1977)

Vendredi. Eric, transsexuel : "Je ne supportais pas d'être une femme". Eric s'est fait opérer en Angleterre pour devenir un homme. Il ne supportait ni son corps, ni les vêtements féminins. Pour lui, l'identité est plus forte que l'apparence. Il estime ne pas avoir changé de sexe car il s'est toujours considéré comme un homme. Ce qui ne l'empêche pas d'aimer les femmes, "comme tous les hommes". (4 mars 1983)

Ainsi va la vie : Sylviane, transsexuelle : "J'ai toujours eu les hommes en horreur". Le médecin Sylviane Dullack vient d'écrire un livre sur son changement de sexe : "Je serai elle". Elle ne se supportait pas dans la peau d'un homme et s'est toujours identifiée aux femmes. L'intervention chirurgicale se révélait donc indispensable. (24 janvier 1984)

19/20 Edition Paris-Ile-de-France : Bambi, du cabaret à l'enseignement. Portrait de la chanteuse et meneuse de cabaret Bambi, l'une des premières transsexuelles françaises après Coccinelle. Après avoir fait du cabaret, Bambi, qui s'appelle Marie-Pierre Pruvot à la ville, est devenue enseignante de français. (29 février 2008)

12-13 Edition Picardie : Thomas est devenue Lucy. Quand Lucy est née, elle n'était pas tout à fait la même. Née homme, elle a toujours rejeté cette identité sexuelle, et son genre inscrit dans son état civil qui ne lui correspondent pas car elle se sent femme. A partir de là commence un long chemin, médical en partie, pour vivre en harmonie avec son corps. Aujourd'hui il a voulu nous parler de sa métamorphose. Celle d'un garçon né dans le mauvais corps. (16 septembre 2017)

A regarder en intégralité sur madelen :

D'un sexe à l'autre, elle ou lui ? 

Le transsexualisme, le sentiment d’appartenir au sexe opposé, est le thème de ce débat qui réunit plusieurs personnes transsexuelles, dont certaines ayant passé le cap de l’opération, ainsi que des médecins. Ils évoquent les problèmes identitaires, psychologiques et sociaux vécus par les transgenres et l’aspect médical du changement de sexe. (1H22 — 15-12-1987 — Réal : Jean Luc Leridon)

Florence Dartois


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.