Aller au contenu principal
2008 : "Le point fixe de François Fillon, c'est sa femme, Penelope"

2008 : "Le point fixe de François Fillon, c'est sa femme, Penelope"

Le procès en appel du couple Fillon débute ce lundi 15 novembre 2021 au palais de justice de Paris. Tous deux sont jugés en appel dans l’affaire des soupçons d’emplois fictifs de Penelope Fillon.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 15.11.2021
Penelope Fillon - 2008 - 00:38 - vidéo
 

Le procès en appel du couple Fillon débute ce lundi 15 novembre 2021. François Fillon et sa femme et son ex-suppléant sont jugés en appel dans l’affaire des soupçons d’emplois fictifs de Penelope Fillon. Il y a un an et demi, l’ancien Premier ministre avait été condamné à cinq ans d’emprisonnement dont deux ferme, 375.000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité. Penelope Fillon, sa femme, avait été condamnée à trois ans de prison avec sursis, deux ans d’inéligibilité et 375.000 euros d'amende.

François Fillon, âgé de 67 ans, désormais retraité de la politique, va devoir à nouveau s’expliquer sur l’emploi de son épouse comme assistante parlementaire entre 1998 et 2013. Trois contrats sont au cœur des interrogations : un premier signé par lui et deux autres par celui qui était alors son suppléant dans la Sarthe, Marc Joulaud. Selon l’accusation, il est question de 613.000 euros nets (plus d’un million d’euros bruts). Pour l’accusation, les activités de Penelope Fillon relevaient du "rôle social" d’une "conjointe d’homme politique", alors que son époux a toujours clamé qu'elle exerçait à ses côtés un travail certes "discret" mais "essentiel".

Discrétion

L'archive en tête d'article est un bref extrait de l'émission "A vous de juger". Nous sommes le 12 juin 2008, et l'épouse de l'homme politique décrit sa fonction auprès de son mari. Interrogée dans le cadre d'un portrait consacré à son époux, Penelope Fillon, décrite comme "le point fixe de ce dernier", convient elle-même de son absence d'implication, déclarant : "Oh, je n'ai pas de rôle. Je l'accompagne comme ça de temps en temps. Ça se limite à ça." Elle explique également sa volonté de discrétion, affirmant alors, "ce n'est pas une volonté. Je fais comme je suis".

Au cours de ce nouveau procès en appel, le couple sera aussi jugé pour l’emploi de deux de leurs enfants en tant qu’assistants parlementaires au cours du mandat de sénateur de leur père entre 2005 et 2007 (100.000 euros bruts). Il sera aussi question du contrat de Penelope Fillon comme "conseillère littéraire" entre 2012 et 2013 à la Revue des deux mondes, dirigée par Marc Ladreit de Lacharrière (135.000 euros bruts).

Le 30 janvier 2020, invité de l'émission politique "Vous avez la parole" sur F2, François Fillon répond aux questions de Léa Salamé et Thomas Sotto sur l'emploi de sa femme comme assistante parlementaire :  "Pénélope a été ma première et ma plus importante collaboratrice... elle a été le lien entre le terrain et un parlementaire qui était de plus en plus parisien..."

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.