Aller au contenu principal
2003, un immeuble de Hong Kong mis en quarantaine

2003, un immeuble de Hong Kong mis en quarantaine

Certains pays asiatiques, comme la Corée, le Japon ou la Chine, proposent des méthodes de lutte contre le Covid-19 plus ciblées, comme le fait de mettre en quarantaine certains quartiers dès que des cas sont signalés. Ce fut le cas, déjà, en 2003 à Hong Kong, lors de l'épidémie de SRAS.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 12.11.2020 - Mis à jour le 12.11.2020

2003, un immeuble de Hong Kong mis en quarantaine

Certains pays asiatiques, comme la Corée, le Japon ou la Chine, proposent des méthodes de lutte contre le Covid-19 plus ciblées, comme le fait de mettre en quarantaine certains quartiers dès que des cas sont signalés. Ce fut le cas, déjà, en 2003 à Hong Kong, lors de l'épidémie de SRAS.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 12.11.2020 - Mis à jour le 12.11.2020
 
La politique pour lutter contre le Covid-19 en Europe fait question. D'aucuns soulèvent la gestion de l'épidémie qui semble plus efficace dans certaines pays asiatiques, comme la Corée du Sud, le Japon, Taïwan ou la Chine, qui n'hésitent pas à circonscrire l'épidémie par quartiers dès l'apparition de premiers cas dans la population. Une politique déjà mise en oeuvre lors de l'épidémie de SRAS, en 2003. 

En 2003, alors que l'épidémie de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) touchait principalement l'Asie, Hong Kong avait décidé de placer en quarantaine un millier de personnes. Logés dans un camp de vacances réquisitionné pour l'occasion, ces habitants provenant principalement d'un grand immeuble de la ville ne présentaient pourtant pas de symptômes. La mesure était préventive, en raison de la contamination de 150 personnes habitant elles-aussi dans la tour ou le quartier. Les images du reportage montraient des agents en combinaisons étanches s'affairant à désinfecter l'immeuble, jusqu'aux poignées de portes et aux boutons d'ascenseur. 

Pascal Chaumont, un expatrié français, joint par téléphone, expliquait que ces mesures se faisaient dans la calme : "On met notre masque, on fait attention [...], le management du building nettoie bien l'ascenseur, nettoie les boutons, il y a souvent une désinfection dans les toilettes, tout le monde fait attention, c'est ce qui est surprenant, et c'est fait dans le calme."

L'épidémie de SRAS, déclarée à partir de mai 2003, a touché jusqu'en mai 2004 29 pays, infectant plus de 8000 personnes et causant la mort de 774 individus. 


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.