Aller au contenu principal
1997 : Paul Auster raconte deux secrets de famille qui ont nourri son oeuvre

1997 : Paul Auster raconte deux secrets de famille qui ont nourri son oeuvre

L'écrivain new yorkais fête ce jeudi 3 février ses 75 ans. En 1997, depuis la terrasse d'un hôtel cannois, il évoquait pour l'émission « Le Cercle de minuit » deux souvenirs qui illustraient la notion de hasard.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 03.02.2022
 

Paul Auster fête ce jeudi 3 février ses 75 ans. Né en 1947 à Newark, une ville de la banlieue de New York, d’une famille juive originaire d’Europe centrale, Paul Auster s’intéresse très tôt à la littérature et se passionne pour la France et sa culture. Le succès viendra à partir du début des années 1980, avec notamment sa « trilogie new yorkaise », publiée en 1985 et 1986. Dans les années 1990, Paul Auster commence à collaborer au cinéma, avec notamment l’écriture des scénarios de Smoke et Brooklyn Boogie, sortis en 1995.

Une intimité avec le 7e art qui expliquait sa présence en 1997 au festival de Cannes. Interviewé par Laure Adler, sur la terrasse d’un hôtel de la Croisette, pour l’émission « Le Cercle de minuit », Paul Auster évoque dans cet extrait deux souvenirs intimes qui ont nourri son œuvre : la chute de son père d’un toit, alors qu’il n’était qu’un enfant, heureusement amortie par la seule présence d’une corde à linge. Plus surprenant encore, sa découverte à l’âge adulte, par un incroyable hasard, d’un terrible secret de famille : la mort de son grand-père était en réalité un crime, perpétré par sa grand-mère.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.