Aller au contenu principal
1997 : la France plaide pour la future adhésion de la Roumanie à l'OTAN

1997 : la France plaide pour la future adhésion de la Roumanie à l'OTAN

Emmanuel Macron était en Roumanie mardi 14 juin, avant de se rendre mercredi en Moldavie. En Roumanie, il a rendu visite aux 500 soldats français déployés dans le cadre de l'OTAN dans une base proche du port de Constanta, sur la mer Noire. Dans le contexte de la guerre en Ukraine, la Roumanie est une pièce maîtresse du flanc est de l'OTAN. Une alliance que Bucarest a rejoint officiellement en 2004, mais dont la candidature fut appuyée par Jacques Chirac dès 1997.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 14.06.2022 - Mis à jour le 15.06.2022
Sommet Madrid - 1997 - 01:46 - vidéo
 

Emmanuel Macron était en Roumanie, et dans le contexte de la guerre en Ukraine, il s'est rendu dans la base de l’OTAN sur laquelle sont déployés depuis le 28 février 500 soldats français chargés de renforcer le flanc Est de l’Alliance atlantique. Un renforcement qui va prendre de l’ampleur au cours du second semestre 2022.

C’est en 2004, en même temps que la Bulgarie, l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Slovaquie et la Slovénie, que la Roumanie intègre officiellement l’OTAN lors de la deuxième vague de l’élargissement à l’est de l’Alliance atlantique, la première, en 1999, ayant intégré la Pologne, la République tchèque et la Hongrie.

C’est en 1997, au sommet de l’OTAN à Madrid, les 8 et 9 juillet, que ces trois derniers pays se voient reconnaître officiellement leur statut de candidats en étant à entamer avec l’OTAN des pourparlers d’adhésion. Et ce sommet madrilène revêt une grande importance pour la future adhésion roumaine, car c’est à Madrid que le président français Jacques Chirac et son ministre des Affaires étrangères ont fait pression auprès du partenaire américain pour que la Roumanie puisse un jour rejoindre l’OTAN. «Concernant maintenant la question de l’élargissement de l’Alliance atlantique, la France a obtenu hier que les candidatures de la Roumanie et de la Slovénie soient réexaminées dans deux ans », lance la journaliste Laurence Piquet, présentatrice du journal de 13h sur France 2 dans cette  archive présentée en tête d’article, un sujet du 9 juillet 1997.

Élément essentiel

Le journaliste Jeff Wittenberg, présent à Madrid, explique ensuite dans son reportage les tenants de la négociation entre Français et Américains : « Généralement, tout est joué d’avance dans ce genre de sommet sauf cette fois-ci et à Madrid, c’est la France qui est venue changer la donne. En fait, il n’était pas question pour Jacques Chirac d’accepter le scénario pré-écrit par les Etats-Unis, c’est-à-dire un élargissement de l’OTAN limité à la Pologne, la République tchèque et la Hongrie. La France et au total neuf pays de l’Alliance atlantique réclamaient que la Slovénie mais surtout la Roumanie entrent elles aussi dans le club. Pour une fois, l’Amérique va faire une concession, la candidature des Roumains et des Slovènes sera étudiée dans deux ans ».

Et en effet les 23 et 25 avril 1999 l’OTAN, réunie en sommet à Washington, va lancer le plan d’action pour l’adhésion (MAP) pour la Roumanie, la Bulgarie, l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Slovaquie et la Slovénie, préalable à leur adhésion officielle, qui interviendra donc en 2004.

La Roumanie accueille plusieurs bases de l’OTAN. Le pays est un élément essentiel du flanc est de l’Alliance atlantique. En 2016, en plein regain des tensions entre Occident et Russie, ce sujet de France 2 illustrait le déploiement de systèmes de missiles anti-missiles OTAN en Roumanie et en Pologne.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.