Aller au contenu principal
1996, Alain Delon explique pourquoi il parle de lui à la troisième personne

1996, Alain Delon explique pourquoi il parle de lui à la troisième personne

Alain Delon est né le 8 novembre 1935. Considéré comme l'une des plus grandes stars du cinéma français, il est aussi connu pour son ego supposé... Mais qu'en pense l'intéressé ?


Par la rédaction de l'INA - Publié le 06.02.2020 - Mis à jour le 04.11.2020

1996, Alain Delon explique pourquoi il parle de lui à la troisième personne

Alain Delon est né le 8 novembre 1935. Considéré comme l'une des plus grandes stars du cinéma français, il est aussi connu pour son ego supposé... Mais qu'en pense l'intéressé ?


Par la rédaction de l'INA - Publié le 06.02.2020 - Mis à jour le 04.11.2020
Alain Delon à propos de son "ego" - 1996 - 02:04 - vidéo
 
Alain Delon à propos de son "ego" - 1996 - 02:04 - vidéo

Alain Delon a joué pour les plus grands réalisateurs de son époque mais on lui reproche parfois un ego surdimensionné et sa propension à parler de lui à la troisième personne. Il s'en explique ici en 1996, sur le plateau de Bouillon de culture.

"Je ne suis pas quelqu'un qui a le culte du Moi. Je crois que dans la profession, il y a des confrères beaucoup plus en avance que moi sur le sujet". L'acteur explique ensuite qu'il parle de lui ainsi car il possède plusieurs casquettes, de réalisateur, de producteur et qu'il est plus commode de parler de lui en tant qu'acteur à la troisième personne, tout en regrettant que cela ait été tourné en dérision par les Guignols de Canal + notamment. Beau joueur, il concède "et d'une certaine manière ça permet aux Guignols d'exister un petit peu avec moi. C'est très bien, je suis chez eux, je fais partie de leur panoplie. C'est très bien".

Bernard Pivot raconte qu'effectivement en 1964, il l'avait suivi lors du tournage de L'Insoumis d'Alain Cavaillé et que par méprise, on avait oublié de remplacer une vitre qu'il devait traverser par une fausse. Il s'était blessé en cassant cette vraie vitre. L'animateur reconnait qu'à l'époque, pourtant emporté à l'hôpital pour se faire recoudre, il avait été très fairplay, ne se plaignant même pas. L'acteur lui répond en s'esclaffant, "mais mon cher Bernard Pivot, j'étais déjà un Samouraï"!


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.