Aller au contenu principal
Dans les coulisses du film des Inconnus «Les trois frères»

Dans les coulisses du film des Inconnus «Les trois frères»

Ce film est la première comédie réalisée par les Inconnus pour le cinéma. En 1995, ils accueillaient une équipe de télévision sur le tournage. Le trio de comiques entamait sa neuvième semaine de travail, entre concentration et blagues potaches.

 

Par Florence Dartois - Publié le 02.04.2021 - Mis à jour le 21.01.2022
Sur le tournage du dernier film des Inconnus - 1995 - 04:32 - vidéo
 

Mars 1995, RFO Guadeloupe se rend à l'orphelinat Saint-André de Meudon où les trois compères tournent les dernières scènes de leur premier film. Ils l'ont écrit, réalisé et jouent les rôles principaux. Cette comédie raconte l'histoire de trois frères qui ne se connaissent pas et apprennent un jour qu'ils héritent trois millions de francs de la même mère. Bernard (Bernard Campan), un acteur raté, bonimenteur sur les marchés; Pascal (Pascal Légitimus), cadre branché noir mal dans sa peau, et Didier (Didier Bourdon), surveillant dans une grande surface et père d'un jeune enfant. La perte de l'héritage et le prétendu enlèvement de cet enfant va les entraîner dans une folle cavale à travers la France.

Deux ans de travail ont étaient nécessaire aux humoristes pour achever le scénario et tourner ce long-métrage produit par Claude Berri, le producteur de Germinal ou de L'Amant

La caméra de RFO suit les acteurs dans les coulisses du tournage. Au maquillage, Pascal Légitimus plaisante à propos des origines insulaires de son maquilleur : « Il vient des îles, on avait un quota… », tandis que Didier Bourdon, lui, s'amuse de l'absence du troisième membre du trio, Bernard Campan : « On essaye de le virer depuis dix ans mais on n'y arrive pas. »

C'est plus sérieusement que Pascal Légitimus décrit leur projet commun : « On retrouve l'esprit des Inconnus, la critique sociale, la comédie, l'humour, la poésie (…) On y a mis tous les ingrédients pour que cela fonctionne au niveau de l'humour. »

« La génération qui arrive c'est une génération de divorcés et il y a un manque affectif énorme »

Après avoir visionné quelques rushs, Bernard Campan esquisse le portrait des personnages : « C'est trois minables, chacun à leur façon, c'est trois sympathiques minables, des paumés quoi ! »

Mais déjà, il est réclamé sur le plateau. Pascal Légitimus prend la relève et reprend la description de son acolyte : « On est trois minables qui essayons de se la jouer par manque affectif parce qu'on n'a pas connu notre mère, donc on essaye de retrouver cette famille qu'on avait perdue. Ça c'est très important. Depuis deux décennies, on s'est rendus compte que la génération qui arrive maintenant, c'est une génération de divorcés et qu'il y a un manque affectif énorme. Ça, on l'a toujours su. Et c'est vrai qu'on avait envie de parler de ça. »

Quant à l'envie de passer derrière la caméra, l'acteur antillais y voit une évolution naturelle de leur collaboration : « C'est une étape logique car on avait envie de faire autre chose. C'est vrai qu'on a touché un petit peu à tout, entre le théâtre, la chanson, la musique, la vidéo (…) On avait envie de varier les plaisirs. Et puis, l'envie de jouer la comédie différemment, de toucher une technique plus complexe qui est le cinéma. »

Il est déjà temps de retrouver le plateau. A la fin de l'interview, Pascal Légitimus précise aux journalistes : "Ça va être un film drôle j'espère. Vous avez vu des extraits ? Ça vous a plu ? Non ? Rendez-vous en octobre, parce qu'il sort en octobre". Les trois frères est sorti en décembre 2015.

 

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.