Aller au contenu principal
1993, Jean-Claude Carrière à propos de "La Controverse de Valladolid"

1993, Jean-Claude Carrière à propos de "La Controverse de Valladolid"

La fiction télévisée "La Controverse de Valladolid" a été l'un des plus gros succès du petit écran. C'est une fiction adaptée par Jean-Claude Carrière d'après son propre roman, lui-même inspiré de faits historiques. Il explique ici l'enjeu de cette controverse.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 09.02.2021 - Mis à jour le 09.02.2021

1993, Jean-Claude Carrière à propos de "La Controverse de Valladolid"

La fiction télévisée "La Controverse de Valladolid" a été l'un des plus gros succès du petit écran. C'est une fiction adaptée par Jean-Claude Carrière d'après son propre roman, lui-même inspiré de faits historiques. Il explique ici l'enjeu de cette controverse.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 09.02.2021 - Mis à jour le 09.02.2021
 

Le 21 mai 1993, Jean-Claude Carrière était reçu sur le plateau de Matin Bonheur pour évoquer la sortie en cassette VHS de l'un des plus gros succès de la télévision, la fiction intitulée, La Controverse de Valladolid. Une fiction adaptée de son roman éponyme. Une histoire qui se situe en 1550, au XVIe siècle, à l'époque où regnait le roi Charles Quint. Soit 60 ans après la conquête de l'Amérique. Un récit imaginé mais basé sur des personnages réels : le frère Bartolomé de Las Casas et Juan Ginés de Sepúlveda. L'auteur a imaginé une sorte de procès, une controverse entre les deux hommes pour décider du sort des Indiens et pour déterminer s'ils ont une âme. Le frère Bartolomé de Las Casas plaide tout au long du livre en faveur des Indiens tandis que le philosophe Juan Ginés de Sepúlveda argumente pourquoi ce peuple doit être colonisé. Leur débat est arbitré par le légat (représentant) du Pape et le supérieur du monastère où se tient la controverse.

"Qui sont des autres ? Est-ce qu'ils sont comme nous ?"

Jean-Claude Carrière décrit l'importance historique de cette controverse : "La question est une question très, très profonde, question posée par le clergé. La question elle est de la légitimité de la guerre. Est-ce qu'on a le droit d'utiliser tous les moyens militaires, la violence, pour convertir ces populations par la force et les conduire malgré elles au paradis ? Donc, c'est l'éternelle question de : a-t-on le droit de faire le bonheur des gens malgré eux ? Ce qui suppose comme ricochet, comme question secondaire, mais très, très importante. Est-ce qu'ils sont les mêmes que nous ? Est-ce que ces gens qui ne parlent pas comme nous, n'ont pas de barbe, justement, qui ont des coutumes extraordinairement différentes, qui font des sacrifices sanglants ! Autrement dit, qui sont des autres ? Est-ce qu'ils sont comme nous ? Est-ce que leur âme est rationnelle comme la nôtre? C'est une question fondamentale. C'est une question qui se pose à une époque pré-scientifique. On n'a pas les moyens d'analyser leur sang, leur chair de la même façon qu'aujourd'hui. Donc, la seule façon d'y répondre, c'est par une controverse, c'est-à-dire une dispute entre gens qui sont d'avis différents, en espérant que Dieu, en qui tout le monde croit. A cette époque-là, tout le monde non seulement croit en Dieu, mais croit que Dieu intervient dans les affaires humaines, en espérant que Dieu inspirera, donnera le plus d'éloquence à ceux qui ont raison."

Dans la réalité, Las Casas et Sépulvéda ont réellement échangé sur cette question mais on ignore s'ils se sont réellement rencontrés. Leurs échanges étant avant tout épistolaires et portaient alors surtout sur le mode d'évangélisation qu'il était nécessaire de déployer pour les christianiser. Jean-Claude Carrière précise que les personnages ont existé mais qu'il n'y a pas eu vraiment de procès, "le personnage que joue ici Jean-Carmet, celui du légat du pape, apparemment, ne figurait pas dans la controverse. Mais les deux autres, Las Casas, que joue Jean-Pierre Marielle et le philosophe Sepúlveda, que joue Trintignant, sont des personnages historiques et ce qu'ils disent, je l'ai pris dans leurs livres, dans ce qu'ils ont écrits."

La question de l'âme est primordiale dans cette diatribe car elle doit déterminer si les Indiens peuvent prétendre aux mêmes droits que les Européens. Sans âme, point d'humanité, un constat qui pourrait justifier l'esclavage. Thèse de Sepúlveda alors que Las Casas, qui a vécu parmi les Indiens, défend leur humanité et leur statut de créature divine à l'instar des conquérants….

"Un succès auprès des téléspectateurs, des lecteurs également et puis quatre 7 d'or des professionnels qui ont salué la qualité de cette soirée" précise l'animateur, avant que l'auteur n'ajoute "et le prix Italia, le plus recherché de tous les prix de l'audiovisuel et récemment, le prix Futura au Festival de Berlin".

Une œuvre majeure qui aura marqué plusieurs générations de lecteurs et de téléspectateurs.

Pour aller plus loin

Rembob'ina : "La Controverse de Valladolid" sur Madelen, l'offre de streaming illimité de l'ina


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.