Aller au contenu principal
1989 : l'accent marseillais, un argument politique ?

1989 : l'accent marseillais, un argument politique ?

L'accent marseillais est t-il en train de disparaître ? Une étude relayée par "La Provence" démontre que l'accent de la cité phocéenne est en voie d'extinction à cause des "néo-marseillais". En 1989, Antenne 2 se demandait si l'accent marseillais était un argument politique pour les électeurs...


Par la rédaction de l'INA - Publié le 25.04.2018 - Mis à jour le 26.04.2018

1989 : l'accent marseillais, un argument politique ?

L'accent marseillais est t-il en train de disparaître ? Une étude relayée par "La Provence" démontre que l'accent de la cité phocéenne est en voie d'extinction à cause des "néo-marseillais". En 1989, Antenne 2 se demandait si l'accent marseillais était un argument politique pour les électeurs...


Par la rédaction de l'INA - Publié le 25.04.2018 - Mis à jour le 26.04.2018
Les accents - 1989 - 03:05 - vidéo
 
Les accents - 1989 - 03:05 - vidéo
L'accent marseillais est t-il en train de disparaître ? Une étude relayée par la Provence démontre que l'accent de la cité phocéenne est en voie d'extinction à cause de la gentrification de la ville. En 1989, Antenne 2 se demandait si l'accent marseillais était un argument politique pour les électeurs...

Médéric Gasquet-Cyrus et Jean-Michel Géa sont deux universitaires qui ont étudié l'évolution du langage marseillais pendant cinq ans. Ils ont notamment remarqué que les "néo-marseillais", synonymes de bobos parisiens, ont changé le langage et l'accent marseillais. Le tourisme et la mutation urbaine ont aussi joué un rôle considérable sur ce changement oral.

Aux débuts des années 2000, les premières vagues de nouveaux arrivants influencent le parler local à Marseille. Suite à son étude en 2018, Médéric Gasquet-Cyrus expliquait son raisonnement : "Dégun, peuchère, tarpin, fada...Quand on s'installe à Marseille, il y a une dizaine de mots très répandus à connaitre. Les nouveaux habitants vont prendre quelques traits du parler local. Mais en s'appropriant les régionalismes, les "néo-marseillais" les modifient. Le mot dégun se change en dégain. Et cette prononciation a même gagné les jeunes marseillais."

Cependant, cette gentrification n'a pas gagné toute la ville. Même si la ville s'est embourgeoisée, Marseille reste populaire et l'accent reconnu. En 1989, dans ce reportage d'Antenne 2, la journaliste Rahmatou Keita se demandait si l'accent marseillais était indispensable pour un maire afin de se faire élire. Sur le vieux port, un marseillais témoignait : "Ho non, je vais vous dire en deux mots. Je voterai pour n'importe qui pourvu qu'il soit propre." Tandis qu'un autre pensait le contraire : "C'est comme une bouillabaisse sans poisson. Il faut un accent et il faut un marseillais à Marseille."

En 1989, l'accent régional était très important même lors d'élections municipales. Louis Philibert, Président du Conseil Général des Bouches du Rhône, reconnaissait que son accent marseillais l'avait beaucoup aidé dans sa carrière politique : "Je sais parler provençal et je peux vous dire que j'ai gagné beaucoup de voix. Je vois mal un alsacien qui serait élu en Provence."

En 2018, malgré l'urbanisation de la ville, l'accent marseillais reste ancré profondément dans la culture populaire de la ville.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.