Aller au contenu principal
1986, une femme témoigne à visage découvert sur l'inceste

1986, une femme témoigne à visage découvert sur l'inceste

Camille Kouchner accuse son beau-père Olivier Duhamel d'avoir abusé sexuellement de son frère jumeau, alors adolescent, dans les années 80. Malgré la prescription, une enquête a été ouverte. En 1986, pour la première fois à la télévision, une femme acceptait de témoigner à visage découvert du traumatisme de l'inceste.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 19.11.2020 - Mis à jour le 06.01.2021

1986, une femme témoigne à visage découvert sur l'inceste

Camille Kouchner accuse son beau-père Olivier Duhamel d'avoir abusé sexuellement de son frère jumeau, alors adolescent, dans les années 80. Malgré la prescription, une enquête a été ouverte. En 1986, pour la première fois à la télévision, une femme acceptait de témoigner à visage découvert du traumatisme de l'inceste.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 19.11.2020 - Mis à jour le 06.01.2021
Eva Thomas sur l'inceste et le viol - 1986 - 02:43 - vidéo
 
Eva Thomas sur l'inceste et le viol - 1986 - 02:43 - vidéo
La juriste Camille Kouchner accuse son beau-père Olivier Duhamel d'avoir abusé sexuellement de son frère jumeau, alors adolescent, dans les années 80. Malgré la prescription des faits, une enquête judiciaire a été ouverte ce mardi par le procureur de Paris pour pour viols et agressions sexuelles par personne ayant autorité sur un mineur de 15 ans et viols et agressions sexuelles par personne ayant autorité. En 1986, pour la première fois à la télévision, une femme acceptait de témoigner à visage découvert du traumatisme de l'inceste.

Un sujet peu évoqué mais pourtant traité par l'émission Les dossiers de l'écran, le 2 septembre 1986. Sur le plateau, le débat est dirigé par Alain Jérôme. Face à lui des spécialistes de la question, juristes, médecins ou thérapeutes mais surtout trois femmes, victimes d'inceste. Parmi elles, seule Eva Thomas, l'auteure du livre Le viol du silence accepte de parler à visage découvert et témoigne du viol qu'elle a subi de la part de son père à l'adolescence. Un inceste réalisé de nuit et qu'elle a mis longtemps à reconnaître.

"J'ai envie de parler à visage découvert parce que j'ai envie de sortir de la honte et j'ai envie de dire aux femmes qui ont vécu ça : il ne faut pas avoir honte. Et moi, je n'ai plus honte de répondre de mon histoire".

Pour arriver à l'acceptation, son parcours a été long, une trentaine d'années. Elle raconte face caméra qu'elle a écrit ce livre comme une sorte de catharsis qui lui a permis de "sortir de cette histoire". Très émue, elle confesse, "je crois que sans l'écriture, jamais je n'aurais pu faire ça".

 

Eva Thomas revient ensuite brièvement sur les étapes de sa reconstruction, jusqu'à une lettre envoyée à ses parents, dans laquelle elle demandait à son père de mettre des mots sur ce qu'il lui avait fait.

"Il m'a répondu. Ça a été très dur pour moi parce que jusqu'à la lettre de mon père, je me défendais toujours en me disant que ce n'était peut-être pas vrai. Il y avait toujours cette espèce d'espoir que ce n'était pas vrai. Et si vous voulez, on a qu'une envie, c'est d'avoir rêvé. Effectivement… Et on se défend comme ça".

Selon l'enquête Ipsos, 6,7 millions de personnes, dont 78 % de femmes" ont été victimes d'inceste. (Enquête réalisée début novembre 2020 auprès de 1.033 personnes). 


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.