Aller au contenu principal
1982. "Le vidéoclub, c'est comme une boulangerie de quartier"

1982. "Le vidéoclub, c'est comme une boulangerie de quartier"

Vidéosphère a fermé ses portes. Le magasin de la rue des Bernardins va confier son trésor à la BNF. C'est la fin d'une époque, celle du film sur support physique, qui a connu un véritable boom au début des années 1980, avec l'avènement du magnétoscope.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 23.02.2021 - Mis à jour le 23.02.2021

1982. "Le vidéoclub, c'est comme une boulangerie de quartier"

Vidéosphère a fermé ses portes. Le magasin de la rue des Bernardins va confier son trésor à la BNF. C'est la fin d'une époque, celle du film sur support physique, qui a connu un véritable boom au début des années 1980, avec l'avènement du magnétoscope.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 23.02.2021 - Mis à jour le 23.02.2021
Le phénomène des vidéo clubs - 1982 - 04:08 - vidéo
 
Le phénomène des vidéo clubs - 1982 - 04:08 - vidéo
Vidéosphère, l'un des derniers vidéoclubs de Paris, a fermé ses portes la semaine dernière. Le magasin de la rue des Bernardins, dans le 5e arrondissement, va confier son trésor de cassettes et de DVD à la BNF. C'est la fin d'une époque, celle du film sur support physique, qui a connu un véritable boom au début des années 1980 avec l'avènement du magnétoscope. 

Le 18 octobre 1982, un reportage des Actualités régionales d'Ile-de-France interviewe Alain Chikli, gérant d'un des innombrables vidéoclubs qui essaiment alors la capitale : « Pour moi le vidéoclub c'est la boulangerie du coin. On y va en faisant ses courses avec son petit panier, le soir en rentrant du boulot, on passe pour se procurer une cassette. Le vidéoclub, c'est vraiment une boutique de quartier. »

Le système économique de ce nouveau commerce est alors partagé entre la location et la vente de films, à cette époque sur support K7. Alain Chikli dénonce les méthodes brutales des éditeurs de films : « Le racket des éditeurs consiste à nous faire acheter des packs de films, un dizaine de films par exemple pour avoir le droit d'acheter un film, le bon film ». Accusations que Jacques Souplet, éditeur et président du comité anti-piraterie, botte en touche, admettant seulement « quelques cas exceptionnels ». 

La piraterie constitue alors 20% du marché en France, peu au regard du voisin britannique qui déplore 70% de contrefaçons. Elle se décompose en trois pratiques, « les laboratoires clandestins d'une part, rares en France, les colporteurs de cassettes qui proposent aux commerçants des copies, et les vidéoclubs qui fabriquent eux-mêmes les copies de films. » Avec pour résultat, déplore Alain Chikli, une véritable « anarchie » qui permet à « n'importe qui d'ouvrir un vidéoclub sans aucune expérience ». 

Pour remédier à la saturation du marché, les professionnels proposeront à partir du 1er novembre 1982 une charte déontologique dans laquelle les vidéoclubs doivent renoncer, entre autres, au piratage.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.